Gérald Darmanin veut "stopper l'ensauvagement d'une certaine partie de la société"

Gérald Darmanin veut "stopper l'ensauvagement d'une certaine partie de la société"
Politique

"CRISE DE L'AUTORITÉ" - Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin estime qu'il "faut stopper l'ensauvagement d'une certaine partie de la société" dans une interview dans laquelle il affirme aussi sa volonté de "combattre avec la première énergie" l'islamisme.

Il est une nouvelle fois attendu à Nice ce samedi. Deux jours après un précédent déplacement, déjà sur le thème de l'insécurité, dans la cité azuréenne. Omniprésent sur le terrain, Gérald Darmanin vient de livrer une interview au Figaro dans laquelle il déplore "une crise de l'autorité" et  "l’ensauvagement d’une certaine partie de la société ". Un ensauvagement que le ministre veut "stopper."

"Nous assistons à une crise de l’autorité (...) Il faut réaffirmer l’autorité de l’État, et ne rien laisser passer ", déclare le ministre. " Ma vision est celle des Français de bon sens : les policiers et les gendarmes nous protègent, et ils courent derrière les voyous. Le rôle du ministère de l’Intérieur, c’est de protéger ceux qui nous protègent, et de les aider à courir derrière les voyous ", ajoute-t-il.

Lire aussi

"L’islamisme, voilà l’ennemi  !"

Dans cette interview, Gérald Darmanin réaffirme également sa volonté de " combattre avec la première énergie " l’islamisme :

" Ce qui est très inquiétant, c’est que nous sommes aujourd’hui face à la radicalité d’une minorité très agissante qui veut manifestement mettre à bas les valeurs fondamentales de notre État et le principe même de la nation française ", analyse-t-il.

" Chacun le sait, il ne faut pas être naïf sur une radicalité islamiste qui est un grand danger et gangrène la République. Pour paraphraser une formule célèbre  : 'L’islamisme, voilà l’ennemi  !'", insiste-t-il.

"Je suis inquiet pour la République lorsque je vois des gens qui, très clairement, sur notre sol, souhaitent vivre dans une autre société que la nation française", dit-il. "Il faut être aveugle pour ne pas voir ce qui se passe", estime encore Gérald Darmanin affirmant qu'"il y a un projet politique affiché de la part de ceux qui veulent mettre fin à notre nation telle qu’on la connaît. Nous devons donc combattre ce que le président de la République a qualifié de 'volonté de séparatisme'".

Lutter contre la "taqiya"

"On observe un risque très fort d’entrisme dans la vie politique et syndicale. Il y a de l’entrisme associatif et parfois même des essais d’entrisme dans la fonction publique. Donc, il faut lutter contre cette 'taqiya', cette dissimulation", selon lui. Sur l'islam, le ministre estime qu'"il faut réaffirmer un principe de laïcité avec une religion parfaitement compatible avec la République, qui souffre parfois d’une multiplicité d’interlocuteurs et d’influences étrangères".

Toute l'info sur

Le gouvernement Castex

Qui est Jean Castex, le successeur d'Edouard Philippe ?

Après une fusillade en plein jour à Nice,  trois membres du gouvernement font le déplacement dans la capitale azuréenne ce samedi 25 juillet : le Premier ministre Jean Castex, ainsi que les ministres de l’Intérieur Gérald Darmanin et de la Justice Éric Dupont-Moretti. Le gouvernement devrait dévoiler un plan de lutte plus sévère contre l’insécurité.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent