Gérard Collomb de retour à Lyon : qu'en pensent les élus des conseils municipaux et métropolitains ?

Politique
DirectLCI
PAROLES D'ÉLUS - Gérard Collomb a annoncé, ce mardi 18 septembre, qu’il quitterait son poste de ministre de l’Intérieur après les européennes de 2019 pour faire campagne à Lyon, ville dont il a été maire de 2001 à 2017. Que pensent les conseillers municipaux et métropolitains lyonnais de ce retour annoncé ?

A Lyon, le retour de Gérard Collomb n’a surpris personne. Il était déjà plus ou moins acté. "Au mois de juin, il a lancé son association Prendre un temps d’avance, et il a participé début septembre aux neuf forums des associations des neuf arrondissements lyonnais. Sa déclaration était attendue" a confié à LCI Christophe Geourjon, conseiller municipal UDI. "J’ai fait plusieurs forums des associations avec le ministre de l’Intérieur ces derniers week-ends, et il annonçait son retour à qui voulait l’entendre", confirme Jérôme Maleski, adjoint à la mairie de Lyon en charge de la démocratie locale et de la participation citoyenne apparenté à En Marche. 

Pour les conseillers lyonnais marcheurs, le retour de Gérard Collomb, après trois mandats du ministre à la tête de la ville, s'apparente à une "bonne nouvelle". "Il a des idées, des projets, et il n’est pas tout seul. Il sait s’entourer, il est capable de prendre conseil, d’écouter. Il revient chargé de son expérience au gouvernement. Il saura trouver un nouveau souffle pour la ville" s'enthousiasme Jérôme Maleski. "A Lyon, il représente un mythe, quelqu’un de fédérateur. Beaucoup de villes ont eu un maire qui a fait 4, 5 mandats. Edouard Herriot est resté maire de la ville plus de 50 ans" ajoute Romain Blachier, conseiller En Marche à la métropole de Lyon. Et selon lui, la question de l’âge de Gérard Collomb (73 ans en 2020) n'est qu'accessoire : "Il faut voir si la ville de Lyon progresse depuis qu’il est maire ? Les Lyonnais vont vous répondre oui". 

Une impression de déjà-vu

Dans le camp d'en face, le retour de Gérard Collomb dans la capitale des Gaules n’a rien de très novateur. "Dans le nouveau monde politique que prône Emmanuel Macron, que quelqu’un qui a déjà passé seize ans à la tête de la ville revienne, c’est plutôt étonnant. Ce n’est pas un signe de renouvellement" remarque Pierre Bérat, conseiller municipal LR de Lyon et conseiller régional. Christophe Geourjon fustige lui le timing de l’annonce. "Nous ne sommes pas dans le temps des déclarations de candidature pour les élections municipales ou métropolitaines. Gérard Collomb occupe actuellement une fonction très importante qui doit le mobiliser à 200%."


Dans le Landerneau politique lyonnais, on s'étonne aussi du flou qui entoure encore le futur retour du ministre de l’Intérieur à Lyon. "Il revient pour faire quoi et avec qui ? Le macronisme se dégonflant, avec quelle majorité va-t-il revenir ? La même qu’avant, plutôt socialiste et centre gauche? Ou une nouvelle, plutôt En Marche ?" questionne Pierre Bérat. "Avec qui peut-il se présenter ? Car quand j’entends, au niveau national, socialistes et marcheurs débattre, je constate qu’ils ne sont pas tellement d’accord" remarque l’élu républicain. "Il devra mettre du renouvellement dans les équipes, dire quel périmètre idéologique il souhaite rassembler", ajoute Romain Blachier. 

Candidat à la Ville ou à la Métropole ?

Une autre question reste en suspend : Gérard Collomb sera-t-il candidat à la Ville de Lyon ou à la Métropole lyonnaise ? Il ne pourra pas l’être aux deux car en 2020, la loi n’autorisera plus le cumul des fonctions de maire et de président de la Métropole de Lyon. "Il devra faire un choix, et je pense que par respect pour les électeurs il devra l’annoncer avant" tranche Christophe Geourjon.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter