Migrants : Gérard Collomb en a "un peu marre de passer pour le facho de service"

Migrants : Gérard Collomb en a "un peu marre de passer pour le facho de service"

Politique
DirectLCI
MIGRANTS - Le ministre de l'Intérieur se serait plaint en privé des critiques d'associations après sa circulaire qui permet aux préfectures de contrôler la situation des migrants dans les hébergements d'urgence, affirme Le Canard Enchaîné. Gérard Collomb en voudrait même au Premier ministre de le laisser seul et en première ligne sur ce dossier.

Gérard Collomb est chafouin. C'est ce que rapporte le Canard Enchaîné de ce mercredi, qui affirme que le ministre de l'Intérieur en a "un peu marre de passer pour le facho de service". Des propos tenus en petit comité le week-end dernier, selon l'hebdomadaire.


Sous le feu des critiques après avoir publié une circulaire, le 12 décembre, permettant aux préfets d'envoyer des équipes pour contrôler la situation administrative des migrants dans les hébergements d'urgence, contre l'avis d'à peu près toutes les associations concernées, Gérard Collomb estime qu'il fait l'objet d'un procès "malhonnête".

Edouard Philippe "ne se mouille pas"

"Si l'on veut vraiment agir pour protéger les migrants qui risquent leur vie dans les pays dont ils viennent, il faut bien savoir qui est qui", arguerait-il. "Et s'ils ont le droit à l'asile politique ou pas. Car si ce sont des Syriens, des Érythréens ou des Soudanais, ce n'est pas la même chose que s'ils sont Sénégalais."

En vidéo

VIDÉO - Noël : l'appel à la charité et à l'hospitalité envers les migrants du pape François

Et le ministre de l'Intérieur de pester contre le manque de soutien qu'il impute au gouvernement et au Premier ministre : "J'ai plutôt l'impression qu'Edouard Philippe compte les points, reçoit les associations mais ne se mouille pas", estime-t-il, ajoutant que "c'est parce que, depuis des années, les gouvernements n'ont pas une politique claire que les Français ne comprennent pas ce que l'on fait en matière d'immigration. Et qu'ils vouent pour les extrêmes".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter