Collomb prêt à installer des miradors dans les centrales nucléaires

DirectLCI
SANS SOMMATION - Faut-il tirer sur les militants qui s’introduisent illégalement dans les centrales nucléaires ? Pour la députée LaREM Perrine Goulet, la réponse est "oui" en raison du risque qu’un terroriste se déguise en militant anti-nucléaire. Le ministre de l’Intérieur y semble favorable.

Alors que des militants anti-nucléaire tentent régulièrement de rentrer dans des centrales afin de démontrer l’impossibilité de sécuriser ce type d’installations, une députée LaREM, Perrine Goulet, suggère désormais de tirer sans sommation sur n’importe quelle personne qui pénétrerait sans autorisation dans une centrale. 


Ce jeudi à l’Assemblée nationale, lors de l’audition du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, sur la sûreté des installations nucléaires, la parlementaire a déclaré : "Pourquoi nous n'aurions pas, comme aux Etats-Unis, une sécurisation par mirador avec la possibilité effectivement de ne pas se poser de questions et, quand il y a une intrusion, de tirer ?". 

Réflexion en cours au gouvernement

Selon Perrine Goulet, par ailleurs membre du Conseil d’administration de l’Institut de la Radioprotection et de sûreté nucléaire, le risque qu’un terroriste se fasse passer pour un militant écologiste doit être pris en compte et doit inciter le gouvernement à réviser les procédures de sécurisation en cas d’intrusion. "Peut-être que cela dissuadera et on sera un peu comme aux Etats-Unis", a-t-elle ajouté. 


Le ministre de l’Intérieur s’est montré plutôt favorable à une telle mesure. Il a en tout cas assuré que le gouvernement était "en train de réfléchir" à une modification de la législation par rapport à l'usage des armes dans les centrales nucléaires. "Il y aura une réflexion sur cette question dans les prochains temps", a-t-il conclu. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter