Gifle : "Ne faisons pas de cet acte violent plus que ce qu’il n’est", assure Emmanuel Macron

Gifle : "Ne faisons pas de cet acte violent plus que ce qu’il n’est", assure Emmanuel Macron

JUSTICE - Emmanuel Macron a appelé "à relativiser" mais à "ne pas banaliser" la gifle infligée mardi 8 juin par un individu qui était justement jugé en comparution immédiate ce jeudi 10. "Quiconque porte l’autorité publique a droit au respect", a insisté le chef de l'État dans une interview accordée à BFMTV et RMC.

Il faut "relativiser", mais "ne pas banaliser". Quarante-huit heures après avoir été giflé par un individu lors d'un déplacement dans la Drôme, Emmanuel Macron a réagi ce jeudi à l'occasion d'une interview accordée depuis le centre d'entraînement des Bleus, à Clairefontaine, à BFMTV et RMC. "Je ne veux pas interférer dans le travail de la justice", a immédiatement précisé le chef de l'État, qui n'a pas porté plainte, alors que le suspect était jugé en comparution immédiate pour cet acte commis à l'encontre du président de la République. 

Toute l'info sur

Emmanuel Macron giflé lors d'un déplacement dans la Drôme

"Il faut relativiser et ne rien banaliser", a-t-il commenté. "Ne faisons pas de cet acte violent plus que ce qu’il n’est. Cela ne dit pas quelque chose de plus qu'un acte isolé", a expliqué Emmanuel Macron, rappelant que "la vraie violence", aujourd'hui, est celle "que subissent les femmes qui meurent sous les coups de leurs maris", ou "celle que subissent les gens qui se font agresser en rentrant chez eux". 

"Rien ne justifie quelque violence que ce soit"

Emmanuel Macron a toutefois estimé que "quiconque porte l'autorité publique a droit au respect". "Il n'y a pas une semaine où des maires ne se font pas agresser, parfois plus violemment que moi", a-t-il rappelé. "Dans une société démocratique, vous me posez des questions libres, on peut manifester, dire ses opinions, critiquer le gouvernement et le président de la République, user du droit de vote pour changer ceux qui sont élus. La contrepartie, c'est le respect et le fin de la violence."

"Rien ne justifie quelque violence que ce soit dans une société démocratique. L'éducation dans les familles permet de prévenir, et aussi l'école. Et c'est aussi le sport, les associations qui jouent un rôle essentiel, car elles apprennent aux jeunes des règles essentielles et des valeurs", a ajouté le chef de l'État. 

Lire aussi

Emmanuel Macron a toutefois insisté sur le caractère "isolé" de cet acte. "Ce que je sens plutôt dans le pays, c'est de l'optimisme, le retour à la vie et au travail et pour moi, c'est cela qui est important."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Même infraction, même sanction" : après la gifle d'Emmanuel Macron, les policiers montent au créneau

Variant Delta : "épée de Damoclès" au-dessus de l’embellie sanitaire en France

Covid-19 : les contaminations repartent à la hausse au Royaume-Uni, la faute au vaccin AstraZeneca ?

Euro : le calendrier détaillé des retransmissions TV de tous les matchs

Un prix Pulitzer spécial pour Darnella Frazier, qui avait filmé le meurtre de George Floyd

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.