Gilets jaunes : Macron écourte son séjour au ski et rentre à Paris après les violences sur les Champs-Elysées

Politique
BREAK - De retour d'un périple en Afrique de l'Est, le président de la République Emmanuel Macron a retrouvé sa femme Brigitte dans la station de ski des Hautes-Pyrénées, La Mongie, afin de s'y "ressourcer" durant le week-end. Mais ce samedi, l'Élysée a annoncé qu'il écourtait son séjour.

"Je vais passer deux-trois jours ici pour me ressourcer, retrouver des paysages et des visages amis", a confié Emmanuel Macron à La Dépêche du Midi. "Ici", c’est la station de ski de La Mongie, dans les Hautes-Pyrénées, où le chef de l’État avait l’habitude, dans son enfance, de rendre visite à sa grand-mère maternelle qui habitait Bagnères-de-Bigorre, non loin de là. De retour d’une tournée de trois jours à Djibouti, en Ethiopie et au Kenya, le président de la République, grand amateur de ski, s’y offre, depuis vendredi, une "pause", alors que plusieurs manifestations agitent le pays ce samedi. 


Une pause finalement de courte durée : "Le président de la République rentre ce soir" à l'Elysée, a indiqué à l'AFP la présidence, sans plus de précisions. Mais il semble clair que le regain de violences ce samedi dans la capitale lors de l'acte 18 des Gilets jaunes est à l'origine de ce retour précipité.

"Il a le droit de prendre 24 heures de pause"

"Compte tenu de son agenda, Emmanuel Macron n’avait pas éprouvé jusqu’à présent le besoin de prendre quelques jours de congés. Là, c’était l’occasion de rejoindre son épouse qui y est restée toute la semaine, jusqu’à la fin du week-end. Il repart demain. Il a le droit de prendre 24 heures de pause", avait justifié l’Élysée auprès du Parisien.

"Comme d’habitude, il est tenu informé en temps et en heure de la situation en France, avait aussi fait valoir l’Élysée. Il dispose de l’intégralité des moyens de communication lui permettant d’être en contact avec son cabinet. Il est entouré de son équipe technique, aide de camps, officier de transmission..."

Auparavant, dans les colonnes de La Dépêche du Midi, Emmanuel Macron s’était dit "content de voir les Pyrénées comme ça, radieuses, même si je sais que ça a été plus difficile à Noël", en référence au manque de neige en décembre. L’occasion de rappeler qu’outre l’acte 18 des Gilets jaunes, ce samedi était aussi un jour de marche nationale pour le climat.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter