Emmanuel Macron doit faire de nouvelles annonces en début de semaine : que peut-il annoncer ?

Politique
POLITIQUE - Emmanuel Macron a prévu de s’exprimer "en début de semaine", pour annoncer de nouvelles mesures censées apaiser la colère des Gilets jaunes. On fait le tour des possibles.

Tout est entre ses mains. Alors que les Gilets jaunes sont toujours mobilisés et ne se satisfont pas des premières mesures prises par le gouvernement pour essayer de calmer la grogne, Emmanuel Macron doit s'exprimer ce début de semaine et faire de nouvelles annonces. 


Le Président et ses ministres ont déjà prévenu qu’il n’était pas question de changer de "cap". Ils n’entendent pas non plus revenir sur les mesures déjà prises. Le président de la République ne devrait donc pas annoncer le rétablissement de l’impôt sur la fortune, pourtant l’une des principales revendications des Gilets jaunes. 


Alors que peut annoncer le président de la République, en plus de l’annulation de la taxe carbone déjà actée ? Quelle est sa marge de manoeuvre ? Quels sont les leviers que peut encore activer le chef de l'Etat ?

Une prime mobilité, une baisse de la TVA, une augmentation du Smic ?

Parmi les mesures pressenties : l'augmentation du minimum vieillesse et une prime mobilité pour les Français utilisant leur voiture pour se rendre à leur travail. Un temps évoquée, la revalorisation du Smic au-delà des 1,8% prévus début janvier ne devrait pas voir le jour. La ministre du Travail Muriel Pénicaud, opposée à cette mesure selon elle destructrice d'emplois, l'a annoncé sur LCI. Elle préfère, à l'instar des ministres Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, encourager les entreprises à verser à leurs salariés une prime exceptionnelle de fin d'année, qui serait exonérée d'impôts. Cette prime serait plafonnée, et la verserait les patrons qui le veulent et le peuvent.  


L’exonération de charges sociales des heures supplémentaires, initialement prévue pour septembre 2019, pourrait être avancée. Tout comme la suppression de la taxe d’habitation, qui pourrait être plus rapide au lieu d’être échelonnée sur trois ans, selon le Journal du Dimanche. Le journal explique également que le chef de l’Etat envisagerait de baisser l’impôt sur le revenu, comme il l’avait évoqué pendant le débat de l’entre-deux tours face à Marine Le Pen. Enfin, des députés La République en marche plaideraient pour une baisse de la TVA frappant les produits de première nécessité.

Le calendrier des réformes 2019 chamboulé

Lors de son allocution, le président pourrait annoncer la façon dont le gouvernement compte dialoguer avec les Français lors des concertations prévues dans toute la France jusqu’au 1er mars avec les syndicats, les élus locaux et les Gilets jaunes. Il pourrait également expliquer que le calendrier des réformes de l’année 2019 sera chamboulé. En effet, vu le contexte actuel, difficile d’engager dans quelques semaines les réformes des retraites et de l’assurance chômage, ou encore de lancer le débat sur la PMA.


Emmanuel Macron souhaite associer les partenaires sociaux et les plus hauts personnages de l'Etat à ses décisions. Il recevra lundi 10 décembre à 10 heures les présidents des associations d'élus, du Sénat Gérard Larcher, de l'Assemblée Richard Ferrand ainsi que du CESE Patrick Bernasconi en même temps que les partenaires sociaux. "Le président de la République a souhaité réunir l'ensemble des forces politiques, territoriales, économiques et sociales dans ce moment grave que traverse la Nation,afin d'entendre leurs voix, leurs propositions et avec pour objectif de les mobiliser pour agir", a expliqué l'Elysée. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter