Gilets jaunes : pourquoi un blindé de la gendarmerie arborait-il un drapeau européen, samedi à Paris ?

Politique

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

POLEMIQUE - Plusieurs blindés de la gendarmerie mobile ont été utilisés, samedi 8 décembre pour maintenir l'ordre à Paris. L'un d'eux, baptisé Hermès, arborait un drapeau européen, suscitant l'ire du député européen Florian Philippot. Pourquoi ?

C'est l'une des mini-polémiques nées du rassemblement parisien des Gilets jaunes, samedi 8 décembre. A l'instar du député européen Les Patriotes Florian Philippot, un certain nombre de commentateurs se sont émus de voir l'un des blindés de la gendarmerie nationale appelés en renfort pour contenir le cortège, arborer un drapeau européen sur son flanc.

Un symbole, selon Florian Philippot, d'une sujétion de la France (et d'Emmanuel Macron) aux institutions de l'Union européenne. 

Le président du mouvement Les Patriotes est d'ailleurs revenu sur le sujet un peu plus tard, expliquant, à propos de ce blindé, par ailleurs baptisé "Hermès" : "L'armée européenne ce serait ça : une armée de rétablissement de l'ordre bancaire et financier contre les peuples en révolte. Sur le territoire des pays de l'UE et avant tout." 

Lire aussi

Pourquoi ce drapeau ?

S'agissait-il d'un blindé de l'Union européenne, conduit par la gendarmerie nationale ? Plusieurs de nos confrères, dont ceux de Checknews, ont sollicité ce week-end le Sirpa gendarmerie, service en charge de la communication de la gendarmerie nationale.

Contrairement à l'argument avancé par certains commentateurs, il ne s'agit pas d'un engin obéissant à une force européenne, mais bien d'un blindé de l'armée française, doté d'un lance-grenades lacrymogènes et d'une mitrailleuse de calibre 7-62. 

Le drapeau européen est dû, a indiqué le Sirpa, à un partenariat européen lors d'un exercice d'entraînement sur une base de la gendarmerie mobile à Saint-Astier (Dordogne). 

Exercices d'entraînement

Le Groupement blindé de la gendarmerie mobile, qui conduit ces engins - réservés au rétablissement de l'ordre sur le territoire national, métropole comme Outre-mer - est régulièrement amené à organiser des exercices interarmées sur ces terrains d'entraînement de Saint-Astier. 

Le Centre national d'entraînement des forces de gendarmerie basé en Dordogne organise depuis les années 1990 des stages d'entraînement et de formation dédiés aux forces de gendarmerie et de police européennes, mais aussi en coopérations avec les Nations Unies ou dans le cadre, plus simplement, d'accord bilatéraux avec des pays partenaires. Rien à voir, donc, avec l'une des forces armées européennes susceptibles d'intervenir sur un théâtre extérieur. 

Lire et commenter