Gilets jaunes : Laurent Wauquiez prône un "big bang fiscal"

Gilets jaunes : Laurent Wauquiez prône un "big bang fiscal"
Politique
CHANGEMENT - Dans un long entretien accordé aux "Echos" jeudi, le patron des Républicains, Laurent Wauquiez, revient sur la situation fiscale française. Au passage, il égratigne Emmanuel Macron en prédisant un avenir économique morose au pays si rien ne change.

En difficulté ces dernières semaines, parfois trop discret pour certains, Laurent Wauquiez, le patron des Républicains sort du silence. Dans une interview accordée aux Echos, il propose des solutions pour sortir de la crise avant de s’en prendre ouvertement à l’exécutif. "J’attire l’attention depuis des années sur le risque de décrochage des classes moyennes, le risque de division du pays. La crise actuelle révèle les profondes erreurs d’Emmanuel Macron, qui est impopulaire, non pas parce qu’il a réformé, mais parce qu’il a augmenté les impôts", dit-il. Et de continuer. "Je suis consterné par ce que ce gouvernement a mis sur la table. Ce sont les recettes de l’ancien monde…"

Ce sont les recettes de l’ancien monde.Laurent Wauquiez.

Interrogé sur des propositions concrètes, le président LR veut un vrai plan de la dépense publique "qui s’accompagne d’un big bang fiscal". A lire entre les lignes : une remise à plat totale du système et la suppression des taxes ou tranches ainsi que la baisse des impôts. "Notre système actuel est à bout de souffle. Il n’est ni juste ni efficace", précise-t-il dans Les Echos, évoquant l’idée d’une flat taxe.

"J’ai fait des erreurs"

Après deux ans d’exercice du président Macron, Laurent Wauquiez dresse un bilan calamiteux. "Une politique dot être jugée sur les faits plutôt que sur des discours. Au bout de deux ans, les problèmes n’ont pas été réglés sur la dépense publique, les déficits ou la compétitive du pays", tance-t-il.


Pour y remédier, l’ancien maire du Puy-en-Velay préconise trois chantiers principaux : un "plan de 20 milliards d’euros par an", mais également "garantir une vraie différence entre travail et assistanat" et enfin "rouvrir le chantier des normes". Si Laurent Wauquiez botte en touche sur la question d’un possible rétablissement de l’ISF, il espère que les Républicains pourront apporter leur contribution au grand débat national, et se montre favorable au référendum d’initiative citoyenne (RIC). 

Notre système actuel est à bout de souffle. Il n’est ni juste ni efficace.Laurent Wauquiez

Enfin, le patron des Républicains revient sous forme de mea culpa sur les défections de son parti, Alain Juppé en tête, et dernière en date, celle de Thierry Mariani qui se tourne vers le Rassemblement national. "J’ai parfaitement conscience que la droite a fait des erreurs. Qu’elle n’est pas toujours allée jusqu’au bout de ce qui était attendu d’elle (…) Moi-même, j’ai fait des erreurs (…) Mais ma responsabilité, c’est de créer une nouvelle droite, pas de restaurer la droite d’hier qui a déçu".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter