Gilles Le Gendre sur la réforme des retraites : "Nous ne sommes probablement pas très loin de la fin du conflit"

Gilles Le Gendre : interview intégrale
Politique

INTERVIEW - Défendant la réforme des retraites, le patron des députés LaRem s'est montré optimiste sur les chances de parvenir à un accord avec les organisations syndicales favorables à un système par point, prônant le compromis avec les partenaires syndicaux.

Gilles Le Gendre en est convaincu : "Nous ne sommes probablement pas très loin de la fin du conflit." Invité ce lundi matin sur LCI, le patron du groupe LREM à l'Assemblée nationale est longuement revenu sur la réforme des retraites, dossier qu'il souhaite voir boucler rapidement.

"Emmanuel Macron a parlé au cours de ses vœux d’un compromis rapide. Nous achetons les deux termes : "compromis", et "rapide"", a assuré le député. Celui qui souhaite qu'on mette "rapidement fin à ce conflit", qui est dans son 33e jour, a défendu une réforme que la majorité ne porte pas "depuis trois mois" mais "depuis le premier jour de la campagne présidentielle". 

Les régimes spéciaux "prendront fin"

Toute l'info sur

L'interview Politique

Au début d'une semaine cruciale, marquée par de nouvelles journées de grève et la reprise des discussions, le patron des députés de la majorité assure que la majorité ne "bougera pas" sur la question des régimes spéciaux, lesquels "prendront fin" (tout en conservant des spécificités, ainsi qu'on l'a vu pour les policiers, les danseurs de l'Opéra, etc.). Tout en insistant sur le fait que le gouvernement entrait dans une négociation avec les partenaires sociaux. 

L'âge pivot ? "Nous considérons qu'il peut s’entendre de multiples manières : Richard Ferrand propose un âge pivot temporaire, on pourrait également un peu plus l’étaler dans le temps", a estimé Gilles Le Gendre. La pénibilité ? "Nous ne sommes pas favorables à réintroduire les quatre critères retirés du "projet Hollande" car ils créent une "usine à gaz". Mais la négociation va se dérouler, les syndicats vont dire ce qu’ils ont à dire et le gouvernement arbitrera."

Interrogé sur les élections municipales, le député LaRem en a profité pour tacler la candidature d'Anne Hidalgo, qui a fait savoir dimanche sa volonté d'instaurer une gratuité des transports en commun pour les mineurs à Paris. "C'est une idée orientée, un brin démagogique. Le prologue à une entrée en campagne."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent