Gouvernement Cazeneuve : ce qu’il faut retenir du remaniement

DirectLCI
LEÇONS - François Hollande a nommé mardi deux de ses proches, Bernard Cazeneuve et Bruno Le Roux, aux poste de Premier ministre et de ministre de l'Intérieur. Plus largement, quels sont les enseignements à retenir de ce changement de gouvernement ?

François Hollande récompense ses proches

En nommant Bernard Cazeneuve à Matignon et Bruno Le Roux place Beauvau, François Hollande place deux de ses proches à des postes clés. L'Elysée affirmait que celui qui serait promu Premier ministre serait un homme de confiance, expérimenté et opérationnel dès son entrée en fonction. Voilà sur quels critères le président a choisi son ancien ministre de l'Intérieur pour Matignon. Selon l'entourage de François Hollande, Bernard Cazeneuve "saura travailler avec l'ensemble de la majorité parlementaire et entretient une grande relation de confiance avec le président de la République, forgée avec l'expérience des terribles attentats de 2015." 


A l'Intérieur, Bruno Le Roux est également récompensé pour sa fidélité, après avoir présidé depuis le début du quinquennat le groupe socialiste à l'Assemblée nationale. Il semble toutefois être un second choix puisque François Rebsamen, maire de Dijon, ancien ministre du Travail et lui aussi proche de François Hollande, a confirmé avoir refusé ce poste.

En vidéo

JT 13H - Remaniement ministériel : Cazeneuve nouveau Premier ministre, Bruno Le Roux à l’Intérieur

Lire aussi

Le Vallsiste Jean-Marie Le Guen rétrogradé

Considéré comme proche de Manuel Valls, Jean-Marie Le Guen n’a pas été écarté du gouvernement mais rétrogradé à un poste moins visible. En effet, il reste au gouvernement  mais échange son portefeuille stratégique des relations avec le Parlement avec André Vallini, qui lui cède en retour le Développement et la Francophonie, moins stratégique.

Lire aussi

Le Parti radical de gauche toujours représenté

L'une des interrogations de ce remaniement demeurait dans le sort réservé aux ministres du Parti radical de gauche (PRG) après la candidature à la présidentielle et hors primaire de Sylvia Pinel, ancienne ministre du Logement. Mais François Hollande a finalement décidé de conserver à leurs postes Jean-Michel Baylet, ministre de l'Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales ; Annick Girardin, ministre de la Fonction publique ; et Thierry Braillard, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, chargé des Sports. 

Lire aussi

En vidéo

François Hollande : " La mission que j'ai confié au gouvernement, c'est d'aller jusqu'au bout"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter