GPA : quelle est la position d'Emmanuel Macron sur le sujet ?

GPA : quelle est la position d'Emmanuel Macron sur le sujet ?

AVIS - Alors que 110 signataires d'une tribune publiée dans "Le Monde" réclament une meilleure reconnaissance des droits des enfants nés de GPA à l'étranger, quelle est la position du président de la République sur le sujet ?

Ce mercredi dans les colonnes du Monde, un collectif de 110 personnalités réclame une "réforme urgente" des lois de bioéthique concernant la gestation pour autrui (GPA). Ces personnalités et intellectuels, parmi lesquels Elisabeth Badinter, Pierre Rosanvallon et Irène Théry, demandent "la transcription intégrale à l’état-civil français de la filiation de l’enfant établie légalement à l’étranger à l’égard de ses parents" et appellent à lutter contre les dérives de la GPA et à la tenue d’un débat apaisé sur le sujet.

Selon la sociologue Irène Théry, jointe par LCI, Emmanuel Macron est sur la même longueur d’onde. "La position du président de la République n’est pas du tout ambiguë. Il est absolument contre la GPA, mais ça ne l’empêche pas de penser que les droits des enfants doivent être améliorés. Et nous croyons qu’il peut nous aider à organiser le débat."

Lire aussi

Macron favorable à la reconnaissance de la filiation des enfants nés de GPA à l'état civil

En effet, si l’on retourne sur le site de campagne d’Emmanuel Macron, on retrouve ses positions sur la GPA dans la rubrique "Familles et société". Celui qui était alors candidat à l’élection présidentielle écrit : "Nous assurerons la participation de la France à une initiative internationale pour lutter contre les trafics et la marchandisation des femmes liés au développement de la GPA dans le monde. Une telle démarche est d’ores et déjà en préparation à la Convention de La Haye, sur le modèle de ce que cette Convention a réalisé en matière d’adoption internationale pour lutter contre le trafic d’enfants." 

Il est également noté : "Nous assurerons que les enfants issus de la GPA nés à l’étranger voient leur filiation reconnue à l’état-civil français, selon la jurisprudence de la Cour européenne des Droits de l’Homme. Il n’est pas possible de traiter ces enfants comme des étrangers dans leur propre pays."

En vidéo

Emmanuel Macron défend le mariage pour tous mais s'oppose à la GPA

Lire aussi

Depuis, le chef de l’Etat s’est de nouveau exprimé sur le sujet, pour exprimer la même position. Mais en s’emmêlant un peu les pinceaux. En effet, lors du Grand entretien du président sur TF1 et LCI le 15 octobre dernier, il avait déclaré : "Je suis pour reconnaître des droits égaux à nos concitoyens, je suis très sensible au respect de la filiation, à la vraie conception de la famille, c’est aussi pour cela que je suis contre la gestation pour autrui". Or, comme il le revendiquait d'ailleurs dans son programme, le respect de la filiation doit être reconnu à l’état-civil français pour un enfant né de GPA à l’étranger. Si le président est opposé à la GPA, c'est parce qu'il est contre la marchandisation du corps de la femme et l’autorisation des mères porteuses.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

Covid-19 : la mortalité liée au virus aux États-Unis cette année remet-elle en cause la vaccination ?

"Danse avec les stars" : Elsa Bois, la partenaire de Michou, se sépare de son compagnon

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.