Fixer des quotas d'immigration au Parlement : Macron ouvre la voie à une proposition de Fillon

Politique
GRAND DEBAT - Dans sa lettre aux Français publiée dimanche, Emmanuel Macron inclut l'immigration parmi les thèmes qui seront abordés dans toute la France d'ici au 31 mars. A ce titre, il soumet une idée qui ne figurait pas dans son programme, mais dans celui de la droite.

Quand Emmanuel Macron s'inspire du programme de l'ancien candidat de la droite François Fillon. Dans sa lettre aux Français publiée ce dimanche, le chef de l'Etat cite l'immigration parmi les nombreux sujets qui seront abordés d'ici au 31 mars dans le cadre du grand débat national. 


Ce thème, mineur dans les cahiers de doléance ouverts aux Français depuis des semaines, est évoqué dans la lettre entre ceux de la citoyenneté et de la laïcité. Il est ainsi posé : "Que proposez-vous pour améliorer l'intégration dans notre Nation ? En matière d'immigration, une fois nos obligations d'asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ? Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ?"


Une question parmi les nombreuses posées aux Français par le chef de l'Etat, mais qui n'a pas manqué de faire tiquer depuis sa publication. En effet, l'idée de fixer annuellement des objectifs d'immigration renvoie à la question des quotas, qui n'a jamais figuré dans le programme d'Emmanuel Macron durant sa campagne, et n'a pas été mentionnée par le gouvernement depuis le début du quinquennat. 

Clin d'oeil à la droite

Cette question, qui reste ouverte, n'est pas anodine. L'idée de faire voter chaque année par le Parlement des quotas d'immigration avait été proposée en 2017 par l'ancien candidat de la droite François Fillon. Elle figure toujours parmi les propositions des Républicains. Lors des débats sur la loi asile et immigration, la droite sénatoriale avait d'ailleurs tenté, en juin dernier, de réintroduire le principe des quotas, contre l'avis du gouvernement. La disposition des sénateurs LR proposait que le Parlement conduise chaque année "un débat approfondi, à partir d'un rapport du gouvernement, intégrant toutes les dimensions de la politique nationale d'immigration et d'intégration", et portant "sur les orientations pluriannuelles de la politique d'immigration et d'intégration en présentant des indicateurs chiffrés rendant compte des flux d'entrée, de séjour et d'éloignement". 


La proposition de la droite avait été alors fustigée par Jacqueline Gourault, la ministre de la Cohésion des territoires : "L'introduction de quotas [...] ne résiste pas à un examen de sa faisabilité. Le gouvernement est défavorable à une telle politique".


Durant la campagne présidentielle, François Fillon et Nicolas Dupont-Aignan avaient porté cette idée d'établir des quotas annuels d'immigration. Une proposition rejetée par la gauche, mais aussi par Marine Le Pen, qui jugeait que ce système ne pouvait pas fonctionner en France. L'actuelle présidente du RN avait prôné le quasi arrêt de l'immigration légale, ramenée à 10.000 personnes par an. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter