Transports publics : les propositions d'Anne Hidalgo pour les jeunes Parisiens

Transports publics : les propositions d'Anne Hidalgo pour les jeunes Parisiens

Politique
DirectLCI
MÉTRO BOULOT EUROS - La maire de Paris, dans un entretien à Libération ce mercredi 5 janvier, a retenu quatre propositions pour les transports publics à destination notamment des jeunes Parisiens. Elle souhaite leur mise en place dès septembre 2019.

Près d'un an après avoir lancé une mission pour étudier la question de la gratuité des transports publics à Paris, la maire Anne Hidalgo revient avec 4 annonces. Dans une interview à Libération mercredi soir, l'édile de la capitale a choisi de se concentrer sur les plus jeunes, qui pourraient bénéficier de mesures de réduction ou de gratuité.

4 mesures de gratuité ou de réduction pour les jeunes

"La première proposition que je ­retiens, c'est la gratuité des transports publics pour tous les enfants de 4 à 11 ans, détaille Anne Hidalgo dans Libération. Elle existe déjà pour les moins de 4 ans. La deuxième, c'est le pass Navigo gratuit pour les  ­Parisiens handicapés de moins de 20 ans. Je souhaite aussi que nous remboursions 50 % de la carte ­Imagine R pour les collégiens et ­lycéens parisiens, en complément du coup de pouce déjà assuré par la région. Enfin, pour avancer de pair sur les transports publics et la pratique du vélo, il semble pertinent de mettre en place la gratuité du Vélib pour les 14-18 ans", a annoncé Anne Hidalgo dans son interview, précisant que ces mesures "­seront mises en œuvre dès septembre 2019".

Un coût évalué à 5 millions par an, "autofinancé" à partir de 2020

Pour la maire de Paris, "ces quatre mesures font le pari de la jeunesse pour accélérer la transition écologique. Elles sont aussi un gain important de pouvoir d’achat pour les familles parisiennes". Quant à leur financement, évalué à 5 millions d'euros pour l'année 2019, il se ferait par "des redéploiements" cette année, puis par un autofinancement permis "grâce aux recettes du nouveau marché des panneaux d’affichage publicitaire", affirme Anne Hidalgo.

Pourquoi Hidalgo n'opte pas pour la gratuité totale

Après avoir rendu la carte Navigo gratuite pour les adultes parisiens han­dicapés et les plus de 65 ans, sous conditions de ressources, Anne Hidalgo souhaite "aller plus loin" mais n'opte donc pas pour la gratuité totale des transports parisiens. Elle explique que si cette gratuité "provoque le report des piétons et des cyclistes vers le métro et le bus, c'est contre-productif". Pour la maire de Paris, "la gratuité ne peut pas être à elle seule l’alpha et l’oméga d’une ­politique de transports ou de ­mobilité", mais "un outil pour permettre de se déplacer mieux, de se libérer d’une voiture qui coûte très cher".


La maire de Paris affirme également qu'un péage urbain ne suffirait pas à financer cette gratuité en compensant les recettes actuelles de la billetterie, estimées à 2,7 milliards d'euros par an, soit 27% du coût des transports collectifs en Île-de-France, qui atteint 10,1 milliards d'euros.

Un appel à l'État et la Région pour aider les petits salaires à payer les transports collectifs

Concernant les salariés, qui ne sont pas concernés par ces mesures de gratuité, Anne Hidalgo dit intervenir "dans son domaine de compétence", mais "propose à l'Etat et à la région de s'engager à nos côtés, en modulant le remboursement du pass Navigo des salariés en fonction de leurs revenus". Et de détailler son idée : "Les plus hauts revenus continueraient à bénéficier du remboursement de 50 % de leur carte Navigo par l'entreprise, mais les plus bas revenus bénéficieraient d'un remboursement plus élevé, jusqu'à 100 % remboursés pour les personnes qui ­touchent jusqu'à 1,5 fois le smic".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter