Grève générale à La Réunion pour l'arrivée de Macron

Politique

Toute L'info sur

Le 13h

JT 13H - Un an après la crise des Gilets jaunes, la crise sociale sur l'île de La Réunion est loin d'être résolue. Les Réunionnais ont accueilli Emmanuel Macron avec une grève générale ce mercredi.

Une grève générale pour accueillir Emmanuel Macron : après Mayotte et un crochet par les îles Eparses, le chef de l'Etat est arrivé mercredi après-midi dans une île de La Réunion toujours en situation de crise sociale aigüe, un an après le mouvement des Gilets jaunes. Saint-Denis est quadrillée notamment par un dispositif de sécurité jamais vus sur place.  "Le gouvernement est engagé tout entier avec les élus" pour "apporter des solutions concrètes", a assuré le président à son arrivée, estimant toutefois que "sur la vie chère, il n'y pas de recette miracle".  Selon lui, il faut notamment "réinvestir dans le développement économique et la création d'emplois", "apporter des solutions concrètes".

Dans ce territoire de plus de 850.000 habitants, 40% de la population vit sous le seuil de pauvreté, le taux de chômage atteint 24%, et même 42% chez les jeunes. Le coût de la vie pour un budget moyen de ménage réunionnais est de 7,1% plus élevé qu'en métropole, selon l'Insee, alors que le revenu médian réunionnais est inférieur de 30% au niveau national (AFD, 2015). Après une inflation record en 2018 (+1,8%), les prix augmentent toujours en 2019 (+0,6% depuis le début de l'année).

Lire aussi

Une des réponses évoquée par le chef de l'Etat est la mise en place d'un dispositif "Choose La Réunion", forum économique en présence d'une cinquantaine de grands investisseurs français et étrangers, destiné à renforcer l'attractivité du territoire et "projeter les acteurs économiques réunionnais" vers les régions voisines, l'Afrique australe et le sous-continent indien. 

"Ce type de forum permet de mettre en relation chefs d'entreprises, investisseurs et acteurs publics pour promouvoir les atouts de l'île avec des projets concrets qui y seront annoncés", précise l'Elysée.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter