Hamon ne voit même pas Hollande passer le premier tour de la présidentielle

Politique
PRIMAIRE - Dans une interview au quotidien régional "L'Indépendant" vendredi 19 août, le nouveau candidat à la primaire de la gauche Benoît Hamon tire à boulets rouges sur le président socialiste.

François Hollande n'est pas le bon candidat pour la gauche. C'est la conviction de Benoît Hamon, récent candidat déclaré à la primaire du PS et de ses alliés, figure de l'aile gauche du parti au pouvoir et ancien ministre, débarqué pour ses trop fortes critiques à l'encontre de la politique menée par l'exécutif.

Hollande candidat, Sarkozy - Le Pen au second tour ?

"Je crois fondamentalement que la capacité de François Hollande à réunir sa famille politique est émoussée", insiste-t-il dans les colonnes du quotidien régional  "L'Indépendant" , vendredi 19 août. Pas de capacité à réunir, pas de présence au second tour, craint-il, s'appuyant sur l'enthousiasme sondagier qui accompagne le rival du PS à gauche, Jean-Luc Mélenchon.

Au mois de juin, plusieurs sondages donnaient en effet ce dernier au coude-à-coude, si ce n'est devant François Hollande au premier tour, si l'élection présidentielle devait se dérouler à ce moment. Un scénario cauchemar pour Hamon, pour qui une telle situation conduirait les militants socialistes "à aller distribuer des tracts pour Nicolas Sarkozy" afin d'éviter l'arrivée de Marine Le Pen au pouvoir.

EN SAVOIR +
>> PHOTOS - Hamon candidat : et qui sont les autres ?
>> Hamon-Montebourg, l'autre match de la primaire de gauche

"Il n'a même pas essayé une politique de gauche"

Un crève-cœur que l'ancien ministre de l'Education entend s'épargner en proposant ... sa candidature, afin que les déçus de Hollande n'aillent pas trop se reporter sur le vote Mélenchon. C'est sur ce créneau que Benoît Hamon se positionne (en dépit de la probable candidature d'Arnaud Montebourg), en contradiction avec le président : "Dans beaucoup de domaines, l'économie, le social, il n'a même pas essayé une politique de gauche".

Contempteur de la loi Travail, celui qui avait signé pour le dépôt d'une motion de censure contre le gouvernement entend bien supprimer un texte dont il prédit qu'il accouchera d'une "société de tous contre tous". L'ex ministre de l'Economie sociale et solidaire, qui avait notamment mis en place les actions de groupe en 2013, s'est également lâché sur le mode de gouvernance de son ancien Premier ministre, Manuel Valls, et sur le comportement des élus, parlant d'un "gouvernement godillot" , pestant contre leur attitude passive pendant le débat sur la loi Travail..

EN SAVOIR +
>>  Hamon veut abroger la loi El Khomri >> Ce qu'il faut savoir sur les actions de groupe, ces class actions à la française

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter