Pour Macron, "les pauvres d'aujourd'hui sont souvent moins les retraités que les jeunes" : qu'en est-il vraiment ?

FACT-CHECKING - Interrogé par Le Point sur la hausse de la CSG qui va notamment impacter plusieurs millions de retraités, le président de la République a déclaré que "les pauvres d’aujourd’hui sont souvent moins les retraités que les jeunes". Vrai ou faux ? Nous avons vérifié.

L’année prochaine, la CSG augmentera pour compenser la suppression des cotisations salariales. Mais seuls les salariés seront concernés par cette seconde mesure. En effet, les retraités recevant une pension de plus de 1.200 euros par mois subiront la hausse de la CSG sans bénéficier en contrepartie de la baisse des cotisations sociales. 


Interrogé sur la grogne qui monte chez ces retraités dans son entretien au Point, Emmanuel Macron a rappelé que l’"effort" sera demandé aux pensionnés "les plus aisés". "Les pauvres d’aujourd’hui sont souvent moins les retraités que les jeunes" a-t-il ajouté. "Les contributeurs nets seront les 60% de retraités les plus aisés – dont la plupart s’y retrouveront avec la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des Français", a-t-il ajouté.

Les retraités avantagés par leur patrimoine

Selon l’Insee, le revenu salarial (somme de tous les salaires nets perçus par un individu au cours de l’année) moyen de l’ensemble des Français pour l’année 2014* était de 20.666 euros, soit 1.722 euros mensuels. Pour les moins de 25 ans, ce revenu salarial moyen était de 7.362 euros (613 euros par mois). Cette même année, celui des 25 à 39 ans était de 18.963 euros (1.580 euros par mois). Quant aux retraités, selon l'Insee, ils gagnaient en moyenne, toujours en 2014, 1.322 euros brut par mois (contre 1.062 euros en 2005 et 1.216 euros en 2010). Une étude du Conseil d’Orientation des retraites (COR) publiée en janvier 2014 plaçait elle le niveau moyen des pensions à 1.250 euros nets par mois.


Mais toujours selon le COR, malgré la différence de revenu entre les actifs et les retraités, le niveau de vie de ces derniers est quasiment égal à celui des premiers. En effet, les retraités sont, pour un peu moins des deux tiers, propriétaires de leur logement et n'ont donc pas de loyer à payer.


* derniers chiffres disponibles

Les jeunes se sont paupérisés

Enfin, selon une étude diffusée par le Conseil général de l’environnement et du développement durable, de 1970 à 2013, le revenu moyen par unité de consommation des jeunes âgés de 20 à 29 ans a augmenté de 3%, contre 152% pour les 60/69 ans et 148% pour les 70/79 ans. Les jeunes se sont donc paupérisés comparés aux plus âgés, du fait de l’augmentation des retraites et du chômage. 


Les jeunes se sont appauvris par rapport à la moyenne de la population française du fait de différents facteurs : départs plus fréquents du foyer parental, allongement des études et mise en couple plus tardive. Les personnes âgées sont elles gagnantes par les prix de cession des logements. Elles sont propriétaires de leurs logements et immunisées contre les hausses des prix d’achat et des loyers. Leur patrimoine a augmenté avec l’envolée des prix quand les jeunes, primo-accédants, ont eux été perdants.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter