"Hé oh la gauche !" : mais pourquoi les pro-Hollande ont-ils choisi ce nom étrange ?

"Hé oh la gauche !" : mais pourquoi les pro-Hollande ont-ils choisi ce nom étrange ?

OH HE HEIN BON - Le meeting "Hé oh la gauche !", un rassemblement à l'initiative de Stéphane Le Foll, se tient lundi à Paris pour tenter de rassembler la gauche et défendre le bilan de François Hollande, à un an de l'élection présidentielle. Sauf que le slogan de la réunion publique interroge, voire fait carrément marrer les internautes.

Au moins, on se souviendra de ce nom-là. Mais peut-être pas pour les bonnes raisons. Lundi 25 avril se tient en fin d'après-midi à l'université Paris-Descartes un grand meeting de soutien à François Hollande, organisé par son fidèle ami Stéphane Le Foll.

Pour marquer le coup, le ministre de l'Agriculture a trouvé un slogan en forme d'interpellation : "Hé oh la gauche !". Une accroche qui a très vite soulevé les railleries des internautes, voire de journalistes qui ont parsemé leurs articles sur le mode "Hé oh, il reste du boulot !", ou encore "hé ! oh ! hein ! bon !", allusion à la chanson éponyme de Nino Ferrer.

Raillé sur Twitter

Il est vrai que le nom de ce rassemblement n’est pas sans rappeler une petite chanson, vite remise au goût du jour par les internautes sur Twitter : celle des sept nains de Blanche Neige, et le fameux "Hé oh, on rentre du boulot". Et dans l'ensemble, ce parallèle n'est pas à l'avantage du slogan de Stéphane Le Foll : "Un slogan stupide, on se croirait chez les 7 nains", critique une internaute.

"Mais non, c'est prémonitoire : hello la gauche !", répond Michel. D'autres y vont de leurs suggestions : "Pouet pouet la gauche ? Tsoin tsoin la gauche ? Au secours !" En, tout cas, l'imagination tourne à plein, certains dressant des parallèles avec la ritournelle du chanteur pour demoiselles Vianney : " T'es pas là t'es où ?", ou encore le "Non mais allô quoi" de la starlette Nabilla.


Impossible de savoir si "Hé oh la gauche !" était réellement un hommage à la bande-son de Blanche Neige. Sans doute pas. Interrogé à ce sujet dans les médias, Stéphane Le Foll a plutôt défendu l'interjection comme étant une apostrophe à son parti. Un slogan fort et sonore pour sonner le rassemblement.

"Il faut la réveiller, rappeler à la gauche que l'ennemi à abattre en 2017 n'est pas la gauche, mais la droite", a rappelé le ministre sur France Info à la mi-avril : "Hé, oh, la gauche, ne te trompe pas parce que pendant que tu nous critiques la droite prépare l’alternative et c’est normal."

"Ce n'est pas un mouvement, c'est un rassemblement autant qu'une interpellation", a continué à défendre Stéphane Le Foll dans une interview au Monde, le 21 avril dernier. "Rappeler à la gauche qui critique et qui doute que ce que nous avons fait mérite d'être valorisé".

Le Foll défend Hollande

Car pour rassembler la gauche, Stéphane Le Foll estime qu'il faut défendre le bilan du quinquennat, malmené et pourtant louable : "Dans une crise économique et politique en France et en Europe, nous avons su préserver et adapter notre modèle social. Nous n'avons pas touché à notre modèle de solidarité, par exemple la Sécurité sociale ou la retraite à 60 ans pour les carrières longues", a-t-il ajouté.

Le meeting est prévu à 17 h 30 à l'université Paris. Plusieurs ministres, comme Najat Vallaud-Belkacem (Education) et Emmanuelle Cosse (Logement) y participeront. En revanche, le Premier ministre Manuel Valls et Emmanuel Macron (Economie), qui a lui aussi lancé il y a quelques semaines le parti "En marche", ne devraient pas venir. 

A LIRE AUSSI
>> "En marche" : quand Emmanuel Macron gonfle le nombre de ses adhérents

>> Emmanuel Macron, ce ministre que ses camarades adorent déteste >> PHOTOS - Emmanuel Macron et ses phrases pas vraiment de gauche

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Dormir six heures ou moins entre ses 50 et 70 ans renforcerait le risque de démence

Derek Chauvin reconnu coupable de meurtre du meurtre de George Floyd

L'étonnante décision de Peugeot face à la pénurie de semi-conducteurs

EN DIRECT - Covid-19 : avec 2000 morts ces dernières 24 heures, l'Inde connait un pic de décès

Vacances : les destinations les plus prisées pour cet été

Lire et commenter