Hénin-Beaumont vote une motion anti-migrants alors qu'aucun projet de centre d'accueil n'est prévu

Hénin-Beaumont vote une motion anti-migrants alors qu'aucun projet de centre d'accueil n'est prévu

Politique
DirectLCI
REJET - Le conseil municipal d'Hénin-Beaumont, présidé par le maire FN Steeve Briois, a voté ce vendredi une motion contre l'accueil de migrants. Un vote symbolique, car aucun centre d'accueil ne sera installé dans le département.

Il y avait une ambiance extrêmement houleuse, ce vendredi 7 octobre, au conseil municipal d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). Et pour cause : la mairie, dirigée par le Front national, a voté par 29 voix contre 6 la motion "Ma commune sans migrants", visant à dire que la commune refuse d'accueillir des réfugiés.


Mais cette initiative est symbolique, d'autant plus que la préfecture a déjà annoncé qu’aucun centre d’accueil ne serait installé dans le département, rappelle La Voix du Nord. Mais pour le maire Steeve Briois, l'important est de "forcer les municipalités à se positionner", notamment à droite, sur ce sujet. La motion a également été votée par les conseils municipaux de plusieurs communes, notamment Fréjus (Var) et Beaucaire (Gard), deux villes dirigées par le FN.

"Une honte pour notre ville"

Steeve Briois, qui est aussi l'un des vice-présidents du FN chargé des exécutifs locaux, avait lancé en septembre une association de maires "Ma commune sans migrants". Vendredi en conseil, il s'est ainsi expliqué : "Considérant que l'accueil des migrants génère un coût financier et social […], que ces installations engendrent des tensions avec les riverains et des troubles à l'ordre public, asphyxie l'économie locale et menace l'exercice des libertés individuelles, la ville d'Hénin-Beaumont s'engage à s'opposer au plan d'accueil des migrants consécutif au démantèlement de la jungle de Calais".


Ce vote s'est déroulé dans une atmosphère extrêmement tendue, un homme a même dû être sorti manu militari par la police parce qu'il déchirait et jetait des morceaux du texte tout juste adopté. David Noël, élu communiste, était très remonté : "C'est une honte pour notre ville où existe une tradition d'accueil qui a permis notamment que des immigrés polonais travaillent dans les mines". "Personne ne leur a demandé de dépenser des euros pour construire un centre d'accueil à Hénin-Beaumont. Ils veulent juste gesticuler", a abondé Marine Tondelier, élue EELV, qui a filmé toute la séance avant de la poster sur Facebook avec ce commentaire : "La xénophobie a atteint son apogée (séquence à partir de 2h22, mon intervention à 2h36.... éloignez les enfants ça fait peur)".

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter