Hidalgo monte au front et prend la défense de "Tel Aviv sur Seine"

Hidalgo monte au front et prend la défense de "Tel Aviv sur Seine"

DirectLCI
TOUCHE PAS A MA MANIF – A 48h de l'opération culturelle controversée "Tel Aviv sur Seine", la maire de la capitale tente d'éteindre l'incendie et justifie son choix, ce mardi, de maintenir la manifestation.

Anne Hidalgo avait été claire : non, elle ne compte pas annuler l'opération "Tel Aviv sur Seine", qui se déroulera comme prévu jeudi, pourtant au cœur d'une polémique qui dure depuis une semaine. A 48h de la manifestation culturelle qui s'inscrit dans le cadre de Paris Plages, la maire de la capitale prend à nouveau sa défense et justifie, dans les colonnes du Monde , son choix de la maintenir. Et ce, même si l'opération divise jusque dans les rangs de sa majorité.

EN SAVOIR + >> "Tel-Aviv sur Seine" fait polémique : mais c’est quoi, au juste ?

"Même dans le contexte enlisé du conflit israélo-palestinien, Tel Aviv reste une ville ouverte à toutes les minorités, y compris sexuelles, créative, inclusive, en un mot une ville progressiste, détestée à ce titre en Israël par tous les intolérants" explique Anne Hidalgo dans le quotidien du soir. Elle précise ensuite que c'est à Tel Aviv qu'"ont eu lieu les manifestations de solidarité les plus impressionnantes avec la famille de l'enfant (palestinien) brûlé vif par des fanatiques".

Pour Hidalgo, Tel Aviv n'est pas comptable de la politique de Netanyahou

"Je ne saurais rendre une ville ou une population comptable de la politique de son gouvernement", tonne Anne Hidalgo. D'après elle, "on peut condamner la politique du gouvernement Netanyahou sans punir la population israélienne et nous punir nous-mêmes, en refusant tout échange permettant d'apprendre à nous connaître".

"Au Moyen-Orient comme ailleurs, la doctrine de Paris est intangible. Elle consiste à encourager plutôt qu'à réprimander, à échanger plutôt qu'à boycotter, à dialoguer plutôt qu'à excommunier", martèle-t-elle. Et d'encourager "les Parisiennes et les Parisiens à venir nombreux" assister à cette manifestation. Une manifestation qui va se dérouler sous haute surveillance d'après lefigaro.fr qui détaillait lundi l'ampleur du dispositif policier : 300 policiers et gendarmes sont mobilisés, et des écoutes téléphoniques, autorisées depuis l'adoption de la loi sur le renseignement , pourraient être faites.

EN SAVOIR + >> Paris Plages : Anne Hidalgo n'annulera pas "Tel-Aviv sur Seine"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter