Hollande défenseur de "l'état de droit", Twitter pas convaincu

Hollande défenseur de "l'état de droit", Twitter pas convaincu
Politique

RÉACTIONS - François Hollande, pourfendeur de l'état d'exception ? C'était le mantra du président dans son discours salle Wagram ce jeudi. S'il a ravi ses partisans en dénonçant les propositions sécuritaires de la droite, certains internautes ont ressorti le cuisant souvenir de la déchéance de nationalité

Offensif envers Nicolas Sarkozy et devant les velléités ultra-sécuritaires d'une partie de la droite, François Hollande a ravi une bonne partie de ses supporters dans son discours à Wagram. En dénigrant "l'état d'exception" et en répondant aux déclarations de l'ex-président à propos des "arguties juridiques" qui n'étaient pas admissibles alors que la France doit mener "la guerre contre le terrorisme", François Hollande a eu le droit à une vague de réactions sur les réseaux sociaux.

Défendant un état de droit qui ne doit pas être suspendu par l'état d'exception, le président de la République a martelé : "Non, les principes constitutionnels ne sont pas des arguties juridiques". Des propos qu'il a ensuite appuyé en utilisant une anaphore, sa figure de style préférée : "Argutie juridique, la liberté d'aller et venir ? Argutie juridique, la liberté d'expression ? Argutie juridique, la liberté de culte ? Argutie juridique, la présomption d'innocence, bien commode à brandir quand il s'agit de plaider pour son propre compte." Pour François Hollande, la seule voie "qui vaille, la seule qui soit efficace, c'est celle de l'état de droit".

VIDÉO. Discours de François Hollande : une candidature pour 2017 ?

En vidéo

Discours de François Hollande : une candidature pour 2017 ?

VIDÉO. Discours de François Hollande : ses opposants montent au créneau

En vidéo

Discours de François Hollande : ses opposants montent au créneau

Lire aussi

    L'attaque a fait mouche parmi les soutiens au président de la République, ténors du PS ou membres du gouvernement.

    Lire aussi

      Mais les propos du présidents n'ont pas touché tout le monde. Ses décisions passées lui ont notamment été rappelées, avec la mise en place de l'état d'urgence comme cible principale. Pour de nombreux commentateurs, pas de doute : cette mesure est clairement l'état d'exception contre lequel le président s'est pourtant élevé. 

      Beaucoup de tweets s'en sont également pris à la question de la déchéance de nationalité, que François Hollande avait introduite lors de son discours au Congrès après les attentats de novembre 2015. Une annonce finalement abandonnée, qui aurait induit une révision de la Constitution si le président de la République l'avait conduite jusqu'au bout. Ce que n'ont pas oublié certains utilisateurs du réseau social. 

      VIDÉO - "Il n'y aura pas de législation d'exception"

      En vidéo

      François Hollande sur le burkini : "Il n'y aura pas de législation de circonstance"

      Lire aussi

        Sur le même sujet

        Et aussi

        Lire et commenter

        Alertes

        Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent