Hollande - Gayet : photos volées à l'Elysée = faille de sécurité ?

Politique

PEOPOLITIQUE - L'hebdomadaire "Voici" a publié vendredi matin des clichés montrant le président François Hollande et l'actrice Julie Gayet sur la terrasse des appartements privés de l'Élysée. Ce qui pose une question : comment est-il possible de voler de telles photos à l'Elysée ?

Trois photos pour beaucoup de questions. Outre celle de sa vie personnelle, la publication, vendredi matin par l'hebdomadaire Voici, de photos volées de François Hollande avec Julie Gayet sur une terrasse de l'Elysée, pose une nouvelle fois celle de sa sécurité. Lui à qui on avait reproché de se balader dans paris en scooter pour rejoindre sa belle, est-il vraiment à l'abri à l'Elysée ?

EN SAVOIR +
>> Hollande - Gayet : les premières photos à l'Elysée


Consciente du problème, Marion Alombert, la rédactrice en chef de l'hebdomadaire, a donné vendredi des précisions sur les conditions dans lesquelles ces clichés avaient été pris. Démentant formellement qu'il y ait eu intrusion dans l'enceinte de l'Elysée : "Les photos n'ont pas été prises de l'intérieur de l'Elysée. On voit le Président et Julie Gayet à l'intérieur (de l'enceinte du palais, ndlr) mais elles ne sont pas prises de l'intérieur".

François Hollande a "parfois des trous de sécurité"

La scène a donc été capturée depuis l'extérieur de l'enceinte élyséenne. Mais comment ? "Elles ont été prises par au-dessus mais pas du tout par un drone, on n'utilise absolument pas ce genre de méthode. C'est vraiment un mythe les drones de paparazzi. En tout cas à Voici, on ne fait pas", a affirmé Alombert qui a également écarté la piste de l'hélicoptère.

La responsable du magazine people a refusé de lever plus avant le voile sur les coulisses de ce qu'elle présente comme la première photo à l'Elysée du Président en compagnie de Julie Gayet, depuis la révélation de leur liaison en janvier . "Si on commence à expliquer le pourquoi du comment, on va avoir du mal après à travailler avec de bons photographes". La rédactrice en chef note néanmoins que François Hollande a "parfois des trous de sécurité". En effet, si un zoom d'appareil photo a pu être si directement pointé sur ses appartements privés, pourquoi pas un fusil ? Sollicité, l'Elysée a répondu qu'il ne ferait "pas de commentaire".

EN SAVOIR +
>> Quand le "président normal" met ses gardes du corps sur les dents

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter