VIDÉO - Hommage national à Hubert Germain : Macron salue "une anthologie d’engagement et de courage"

VIDÉO - Hommage national à Hubert Germain : Macron salue "une anthologie d’engagement et de courage"

ORAISON FUNEBRE - Le chef de l’État a rendu hommage au dernier compagnon de la Libération, décédé mardi à l’âge de 101 ans, lors d’une cérémonie rendue aux Invalides. Rappelant ses exploits militaires, il a salué la mémoire de "l'ultime héros de ce cercle de combattants maintenant disparus".

"Il avait défendu la liberté" : le président de la République a rendu hommage vendredi 15 octobre à 15h aux Invalides à Hubert Germain, le dernier Compagnon de la Libération décédé mardi à l'âge de 101 ans. Le président a notamment été accueilli par Jean Castex, Premier ministre, et la ministre des Armées Florence Parly, la secrétaire d’État aux anciens combattants Geneviève Darrieussecq et le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti. 

Après que la Marseillaise ait résonné, le cercueil de l’ancien combattant, drapé d’un drapeau tricolore, a été acheminé par des soldats au centre de la Cour des Invalides, au rythme d’un tambour. "La vie d’Hubert Germain est une anthologie d’engagement et de courage", a déclaré Emmanuel Macron en ouvrant son oraison funèbre. "À l’aube comme au crépuscule, il fut le dernier à rendre les armes", a-t-il reconnu, saluant la mémoire d'un "ultime héros de ce cercle de combattants maintenant disparus". Le chef de l’État a ainsi rendu hommage aux 1300 combattants de la Libération, qui "ont relevé la France de l'abîme" il y a 80 ans et constitué "une phalange de l’idéal"

Rappelant que l’ancien combattant était originaire de la Drôme, Emmanuel Macron a décrit un adolescent "d’une insoumission farouche", "indiscipliné en tout", mais fidèle à sa patrie. En passant le concours de l’école navale en 1940, le jeune aspirant soldat fait finalement marche arrière, refusant de défendre l’Allemagne nazie, et rejoint la résistance à Londres. 

"S'il quitte sa famille et ses amis, il trouve en Angleterre d'autres amis et une autre famille qui ont répondu comme lui à l'appel du général de Gaulle", raconte le président. Le chef de l’État a salué ces résistants "prêts à une guilde de l’honneur pour une cause qui les dépasse : la France libre". "Ils sont aujourd’hui compagnons de l’éternité", a-t-il déclaré. 

"Gardien du flambeau qu’avait allumé le général De Gaulle"

Saluant les exploits de ce combattant de la légion étrangère sur le front syrien et lybien pendant la guerre, en particulier lors de la bataille de Bir Hakeim, le président a rappelé qu’Hubert Germain avait aussi débarqué sur les plages de Provence en 1944. En recevant la Croix de la Libération, "l’honneur et la mission d’une vie", Hubert Germain "sait qu’il doit se montrer digne à jamais", a estimé le chef de l’État. 

Évoquant ensuite le mandat de maire d’Hubert Germain à Saint-Chéron, en Essone, le président a rappelé son engagement en tant que ministre sous Georges Pompidou. "Gardien du flambeau qu’avait allumé le général De Gaulle" et "fidèle" à l’ancien président, le compagnon de la Libération a porté les idées gaulliennes, "les siennes, à l'Assemblée nationale d'abord puis dans les rangs du gouvernement ensuite", a ensuite déclaré Emmanuel Macron. 

"Dernier chancelier d’honneur de l’ordre de la Libération, il en a attisé les braises ardentes jusqu'à son dernier souffle, elles ne s’éteindront pas avec lui", a-t-il ajouté, rappelant qu’Hubert Germain sera inhumé au Mont-Valérien, principal lieu d'exécution des résistants durant la Seconde Guerre mondiale où reposent de nombreux autres anciens combattants, "scellant ainsi l’histoire des 1300 compagnons"

"L’ordre de la liberté lui survivra"

"Nous avons su nous rassembler pour la cause sacrée de la liberté de notre patrie", au-delà des différends politiques entre combattants, avait déclaré récemment celui qui a reçu le grade de caporal-chef d’honneur de la légion étrangère en septembre dernier. "L’ordre de la liberté lui survivra, indépendant et fidèle à son histoire, j’en fais ici le serment", a promis Emmanuel Macron. "Notre tâche sera de poursuivre avec la même ardeur ce combat, nous le ferons", a-t-il conclu, avant la sortie du cercueil de la Cour des Invalides dans un silence recueilli. 

La cérémonie a rassemblé environ 600 invités, dont la famille d’Hubert Germain, les familles d’autres anciens compagnons de la Libération, des pensionnaires des Invalides ainsi que des membres 13e demi brigade de Légion étrangère. L’ancien Premier ministre Edouard Philippe, ainsi que le président du Sénat Gérard Larcher et d’autres personnalités politiques étaient aussi présentes. La cérémonie était également ouverte au public. 

Lire aussi

Après cet hommage national, Emmanuel Macron présidera aussi la cérémonie d'inhumation d'Hubert Germain le 11 novembre à l'Arc de Triomphe et au Mont-Valérien. grand-croix de la Légion d'honneur, Hubert Germain avait fêté le 6 août son 101e anniversaire. Seules 1038 personnes, dont six femmes, ont reçu le titre de compagnon de la Libération.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Variant Omicron : Rabat suspend pour 2 semaines tous les vols commerciaux vers le Maroc

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

EN DIRECT - Crise des migrants : les ministres européens réunis ce dimanche sans leur homologue britannique

Affaire Hulot : Matthieu Orphelin, porte-parole de Yannick Jadot, "mis en retrait" de la campagne d'EELV

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.