Prix "Homme d’Etat de l’année" pour François Hollande : de quoi s’agit-il ?

Prix "Homme d’Etat de l’année" pour François Hollande : de quoi s’agit-il ?

Politique
DirectLCI
MÉDAILLE - Le président de la République reçoit lundi à New York une distinction décernée par l’Appeal of Conscience Foundation. Un prix qui suscite beaucoup d’interrogations de ce côté de l’Atlantique. Mais pourquoi François Hollande en est-il le lauréat cette année ?

Il sera tout sourire ce lundi soir, invité d’honneur au prestigieux Hôtel Waldorf Astoria pour recevoir le prix "d’homme d’Etat de l’année" 2016, dont l’annonce avait été faite en mai dernier. De quoi mettre un peu de baume au cœur d’un président qui ne décolle toujours pas dans les sondages en France, et auquel une large majorité de nos compatriotes ne veut pas accorder sa confiance pour un nouveau mandat. 

Inconnue en France, l’Appeal of Conscience Foundation a décidé d’inscrire le chef d’Etat sur sa longue liste des dirigeants internationaux honorés de son prix annuel. En 2006 le président brésilien Lula Da Silva, en 2014 le mexicain Enrique Peña Nieto, et en 2015 le Premier ministre britannique David Cameron avaient ainsi été désignés pour avoir "soutenu la paix, la prospérité et la liberté en favorisant la tolérance, la dignité humaine et les droits de l’homme", selon le dossier de presse fourni par cette fondation américaine. Sans oublier Angela Merkel, Margaret Thatcher, Mikhaïl Gorbatchev, Vaclav Havel, Juan Carlos ou Romano Prodi…

Nicolas Sarkozy récompensé en 2008

En 2008, Nicolas Sarkozy avait lui aussi eu droit à cet égard et n’avait pas manqué de traverser l’Atlantique pour recevoir son prix à New York.  Et quand il s’agit de savoir pourquoi l’actuel locataire de l’Elysée a droit à son tour à cette distinction honorifique, voici la réponse officielle du rabbin Arthur Schneier, le président-fondateur de l’Appeal of Conscience Foundation : "François Hollande est reconnu pour son leadership dans la sauvegarde de la démocratie et de la liberté dans cette période de violence terroriste, et pour sa contribution à la stabilité et la sécurité mondiale".

Lire aussi

Sur le site de cette fondation créée en 1965, on peut lire qu’il s’agit de promouvoir la liberté du culte, des droits de l’Homme, de la paix et de la tolérance et défendre le principe de "vivre et laisser vivre". Des grands principes généraux et un peu flous qui laissent la porte ouverte à toutes les interprétations et déclinaisons. On comprend mieux la diversité des nominés à ce prix de "l’homme d’Etat de l’année".

L'Appeal of Conscience Foundation présidée par une figure new-yorkaise

Figure new-yorkaise, le rabbin Arthur Schneier est le leader de la synagogue de Park East dans l’Upper East, haut lieu de la bourgeoisie de la ville. Il a reçu la "Presidential Citizens Medal", une importante distinction civile, des mains de l’ancien président Bill Clinton pour "service rendu comme représentant international" et comme survivant de l’Holocauste ayant "dévoué sa vie à surmonter la haine et l’intolérance". Il préside également à l’ONU la Commission américaine  pour la conservation de l’Héritage de l’Amérique.

La remise annuelle s’accompagne d’un grand dîner mondain auquel sont conviés pas moins de 800 responsables ou dirigeants du monde des affaires, de la vie religieuse et de la vie publique. Ce soir c’est Henry A. Kissinger qui prononcera l’allocution et l’éloge de François Hollande. L’archevêque de New York, le cardinal Timothy Dolan, le primat de l’Eglise grecque-orthodoxe, l’archevêque Demetrios, ou encore le magnat Rupert Murdoch sont notamment attendus pour ce 51ème diner de l’Appeal of Conscience Foundation.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter