"Hotspots" pour migrants en Libye : Gérard Collomb revient sur une annonce de Macron

Politique

Toute L'info sur

La présidence Macron

MIGRATION - Dans une interview au Journal du Dimanche, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a démenti une annonce d'Emmanuel Macron sur la création de "hotspots en Libye" pour enregistrer des candidats à l’asile. L'Élysée avait déjà nuancé ce projet, au vu des "conditions de sécurité" dans le pays.

L'annonce avait fait grand bruit, le 27 juillet dernier. Emmanuel Macron avait déclaré son intention de "créer des hotspots en Libye" afin d'examiner les demandes d'asile de migrants avant qu'ils n'arrivent en Europe. Ce dimanche, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb affirme que ces structures seraient mises en place "dans des pays situés au sud de la Libye", à cause de la situation sécuritaire dans le pays, devenu le point de départ de nombreux migrants.

En vidéo

L'Italie durcit le ton à l'égard des ONG secourant des migrants

Initialement, le Président avait dit à plusieurs journalistes : "L’idée est de créer en Libye des hotspots afin d’éviter aux gens de prendre des risques fous, alors qu’ils ne sont pas tous éligibles à l’asile. Les gens, on va aller les chercher. Je compte le faire dès cet été." Quelques minutes plus tard, dans son discours officiel, il n'était plus question d'un pays en particulier : "Je souhaite que l’Union européenne, et à tout le moins, la France le fera-t-elle, puisse aller traiter les demandeurs d’asile au plus près du terrain, dans l’État tiers le plus sûr, proche justement des États d’origine".

Ce type d'initiative ne peut pas actuellement envisagé en Libye, compte tenu de la situation du pays- Gérard Collomb

L'Élysée s'était alors empressé de préciser que, pour que des hotspots soient mis en place en Libye, il faudrait "que les conditions de sécurité soient réunies, aujourd’hui elles ne le sont pas", comme le rapportait La Croix. Un revirement confirmé ce dimanche par Gérard Collomb dans le JDD. "Le Président a souhaité que soient mis en place des centres d'orientation pour les demandeurs d'asile des pays situés au sud la Libye. Ce type d'initiative ne peut pas actuellement envisagé en Libye, compte tenu de la situation du pays", a affirmé le ministre de l'Intérieur ce dimanche.

Lire aussi

Dans cette interview au Journal du Dimanche, Gérard Collomb annonce également la création de 3.500 places d'hébergement pour les demandeurs d'asile en 2018, et dit travailler à un "projet de loi qui réduira à 6 mois la procédure du droit d'asile, mais qui permettra une lutte plus efficace contre l'immigration irrégulière". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter