VIDÉO - "Il faut lui dire de venir" : comment Emmanuel Macron a décidé d'inviter le chef de la diplomatie iranienne en marge du G7

Politique

Toute L'info sur

G7 : sommet mondial à Biarritz

EXCLUSIF - Dans "LCI Grand Format", diffusé ce vendredi sur LCI, notre équipe dévoile l'envers du décor du G7 à Biarritz. Et notamment l'échange entre Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian lors duquel l'invitation surprise au chef de la diplomatie iranienne a été lancée.

Sa venue avait fait couler beaucoup d’encre. Alors que la visite du chef de la diplomatie iranienne en plein G7 en avait surpris plus d’un, on sait désormais à quel moment Emmanuel Macron a pris cette décision. Une équipe de LCI a pu suivre le président à Biarritz pendant 48 heures et découvrir les coulisses du sommet. Et notamment l’échange lors duquel il a été décidé de convier Javad Zarif la côte basque.

Voir aussi

C’est Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, qui donne la bonne nouvelle au chef de l’Etat : les discussions avec son homologue iranien avancent "dans le bon sens". Alors, Emmanuel Macron, qui l'avait rencontré deux jours plus tôt dans la capitale, lui rétorque qu’il faut lui "dire de venir". Ce à quoi son interlocuteur répond qu’en cas de refus, "il faut faire le rendez-vous quand même, à Paris ou ailleurs".

Je pense que c’est le spot- Emmanuel Macron

Sauf que le président de la République ne veut rien entendre. Pour celui qui estime que le rôle de la France est de "faire de la médiation" entre les Etats-Unis et l’Iran, il est essentiel que Javad Zarif soit présent à Biarritz. "Je pense que c’est le spot", lance-t-il alors à son ministre. 

Lire aussi

Une séquence qui lève le voile sur l’une des invitations les plus surprenantes du G7. L’atterrissage de l’avion iranien, dévoilé par l’AFP qui avait repéré l’engin sur Flytracker, avait soulevé la question de savoir si Donald Trump avait été mis au courant de cette arrivée, ou si elle était un acte de provocation de la part de la France. Ce lundi, le principal concerné avait affirmé avoir donné son feu vert, même s’il est toujours "trop tôt" pour une rencontre entre les Etats-Unis et l’Iran.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter