"Il faut savoir arrêter une grève" : Hollande oublie le bout de citation qui le dérange

Politique
POLITIQUE - Dans un entretien accordé à "La Voix du Nord", le président de la République a estimé qu'il fallait "savoir arrêter une grève", empruntant ainsi une partie de la citation de Maurice Thorez lors de la signature des accords de Matignon en 1936. Mais comme le soulignent plusieurs internautes, il manque une partie à cette citation.

"Il y a un moment où, selon une formule célèbre, il faut savoir arrêter une grève", a déclaré François Hollande dans une interview accordée à La Voix du Nord , à paraître ce mardi. Alors que l’adoption aux forceps de la loi Travail a plongé la France dans une crise sociale qui perdure, le président de la République a paraphrasé le communiste Maurice Thorez, estimant que "le gouvernement a montré sa volonté de dialogue" et appelant ainsi les syndicats à abandonner leurs actions.

Ce que dit la citation originale

Pourtant féru d’histoire, force est de constater que François Hollande – qui avait déjà emprunté cette formule en 2014 suite à une grève de la SNCF – a, une fois encore, omis la seconde partie de cette citation. En juin 1936, lors du Front Populaire, Maurice Thorez, alors secrétaire général du Parti communiste français (PCF) affirmait, après la signature des accords de Matignon – qui offrent aux ouvriers la création des conventions collectives et ramène leur temps de travail à 40h hebdomadaires – qu’"il faut savoir arrêter une grève dès que satisfaction a été obtenue". Un contexte précis donc, dont le chef d'Etat a visiblement préféré faire abstraction.

Le code du travail ou l'Euro ?

"Ces mouvements causent des désagréments à nos compatriotes et donnent une image de la France qui n'est pas conforme à la réalité, alors que la France est la première destination touristique du monde", a poursuivi le chef d’Etat, réaffirmant ainsi son soutien à Manuel Valls, le Premier ministre en première ligne. "Nul ne comprendrait que la grève se poursuive au détriment des comptes de la [SNCF], du bon déroulement de l'Euro mais, surtout, des voyageurs qui ont à se déplacer chaque jour pour aller à leur travail". 

Mais les syndicats sont clairs. S’ils affirment ne pas vouloir paralyser le pays un jour de match, le code du travail qui concerne tous les Français, est "plus important" qu’un tournoi de football d’un mois.

EN SAVOIR +
>>  La France peut-elle être plongée dans le noir ?
>>  RATP, SNCF, routiers, aviation civile : le point sur les grèves qui vous attendent
>>  Blocages, grèves, manifs en série : jusqu'où peut aller la fronde contre la loi Travail ?

>>  François Hollande réaffirme que la loi Travail passera
 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter