Droit du sol : Wauquiez est-il condamné à recycler les propositions de Sarkozy ?

DirectLCI
CONCURRENCE – En proposant de remettre en cause le droit du sol, Laurent Wauquiez recycle une ancienne proposition de Nicolas Sarkozy. Un pari qui ne s’est pas toujours avéré politiquement payant.

Alors que l’Assemblée nationale étudie actuellement le projet de loi Asile et Immigration que la gauche et de nombreuses associations de terrain jugent indigne, les Républicains et le FN, eux, dénoncent un texte laxiste. Selon eux, le gouvernement ne prend pas la mesure du problème. Pire, ils prétendent qu’il favorise l’immigration légale et ne lutte pas efficacement contre l’immigration illégale.


Pour réduire le nombre d’immigrés comme ils le souhaitent, la droite et l’extrême droite estiment qu’il faut notamment remettre en cause le droit sur sol. Dans son contre-projet Asile et Immigration, le FN propose clairement sa suppression. "Les changements majeurs intervenus ces dernières années en terme de migration, nous imposent une refonte profonde de la logique de délivrance de la nationalité française afin que le peuple de France puisse réellement choisir qui peut devenir Français. Il est ainsi proposé de supprimer le droit du sol", peut-on lire. 

Coincés entre un gouvernement qui assume son pragmatisme quitte à déplaire à la gauche, et le FN prêt à tirer un trait sur un des fondements de la politique migratoire de la France, les Républicains sont contraints de jouer les équilibristes. Pour cela, le président des Républicains, Laurent Wauquiez, suggère lui aussi de remettre en cause le droit du sol. 


Mais avec une nuance importante par rapport au FN. "Si les parents sont entrés de façon irrégulière en France, ça ne peut pas conduire au droit du sol". Autrement dit, les enfants d’étrangers arrivés légalement en France pourront, eux, toujours obtenir la nationalité française dans l’esprit de Laurent Wauquiez.

Une proposition qui rappelle celle faite par Nicolas Sarkozy en 2016. "Si les parents d'un enfant né en France sont en situation irrégulière au moment de la naissance de l'enfant, ce droit à la nationalité ne doit pas être donné", avait en effet suggéré le président de l’UMP, tout juste rebaptisée Les Républicains.


Mais cette nuance, bien qu’elle permette à la droite d’adopter une position intermédiaire, prête le flanc aux critiques du FN. "Monsieur Wauquiez est un danseur de tango. Il avance parfois et il recule souvent", a ironisé Marine Le Pen ce mercredi sur RMC et BFMTV. 


Comme Nicolas Sarkozy avant lui, Laurent Wauquiez doit trouver la martingale : comment répondre aux exigences de son électorat sur les questions d’immigration sans apparaître comme le perroquet du FN. Pour y parvenir, il a visiblement choisi recycler les anciennes propositions de l’ancien patron de la droite. Ce qui, à défaut d’être original, a le mérite d’être logique.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter