Impôts : contre la fraude, le fisc surveillera les réseaux sociaux, annonce Gérald Darmanin

Politique
DirectLCI
IMPÔTS - L'administration fiscale expérimentera l'an prochain la surveillance des comptes des contribuables sur les réseaux sociaux pour lutter contre la fraude fiscale, a annoncé Gérald Darmanin dimanche dans l'émission "Capital", sur M6.

"Si vous vous faites prendre en photo, de nombreuses fois, avec une voiture de luxe alors que vous n'avez pas les moyens de le faire, peut-être que votre cousin ou votre copine l'a prêtée, ou peut-être pas." Pour lutter contre la fraude fiscale, le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a annoncé une expérimentation inédite : scruter les réseaux sociaux des contribuables.

"Déceler des signes d'un niveau de vie en inadéquation avec les revenus déclarés"

Invité de l'émission Capital, qui sera diffusée sur M6 ce dimanche, Gérald Darmanin a précisé que cette expérimentation sera mise en place "sans doute au début de l'année prochaine, en même temps que la police fiscale" et des autres dispositions prévues par la loi du 24 octobre.


Cette surveillance est censée permettre d'analyser les données disponibles sur les "comptes personnels puisqu'ils sont publics" sur les réseaux sociaux. Ces données seront "regardées par expérimentation", notamment afin de déceler des signes d'un niveau de vie en inadéquation avec les revenus déclarés. Et le ministre d'ajouter : "On a tous connu des gens qui nous disent : 'Ce n'est pas normal, il y a des gens qui gagnent très peu leur vie et qui ont un train de vie très largement supérieur à leurs revenus'. La loi a été promulguée, nous mettrons en place cette mesure en début d'année".

En vidéo

VIDÉO - UBS : le procès d'une fraude fiscale à dix milliards d'euros

"Nous allons pouvoir mettre les réseaux sociaux dans une grande base de données", a ajouté Gérald Darmanin, qui estime que "souvent les Français se photographient eux-mêmes sur les réseaux sociaux". Il indique que les contrôles spécifiques aux réseaux sociaux seront réalisés en accord avec la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés).

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter