Impôts - Taxe d'habitation, ISF, CICE... Repoussées pour cause de déficit, que vont devenir les promesses fiscales de Macron ?

Politique
DirectLCI
FISCALITÉ – Invoquant la situation délicate des finances publiques, le Premier ministre a annoncé mardi lors de son discours de politique générale le report de plusieurs promesses fiscales d’Emmanuel Macron faites pendant la campagne présidentielle. LCI vous explique quelles mesures sont concernées.

"Il y a une addiction à la dépense publique. Comme toute addiction, elle ne règle rien du problème qu'elle est censée soulager. Et comme toute addiction, elle nécessitera de la volonté et du courage pour s'en désintoxiquer". C’est avec ces mots qu'Édouard Philippe, a justifié mardi lors de son discours de politique générale le report de plusieurs promesses de campagne du candidat Macron.


Le Premier ministre, qui s'exprimait cinq jours après la publication d'un audit alarmiste de la Cour des comptes, s’est ainsi fixé comme objectif de ramener le déficit "sous la barre des 3% dès 2017", pour que le pays ne soit plus "à la merci des marchés financiers". Sauf que pour y parvenir, de nouvelles coupes budgétaires mais également le report de réformes fiscales vont être nécessaires. Outre la promesse de "stopper l'inflation de la masse salariale du secteur public", qui représente le quart des dépenses publiques de l'Hexagone, le chef du gouvernement a confirmé le report de plusieurs réformes fiscales prévues pour 2018. Jeudi matin, sur LCI, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a précisé que l'exécutif allait arbitrer dans les 15 jours des baisses de dépenses affectant "l'ensemble des ministères", pour trouver en urgence 5 milliards d'euros.  

La réforme de l’ISF retardée d’une année

Les reports de baisses d'impôts concerneront ainsi la réforme de l'impôt sur la fortune (ISF), dont Emmanuel Macron avait laissé entendre qu'elle serait mise en oeuvre dès l'an prochain. La mesure "sera votée dès cette année" mais "entrera en vigueur en 2019", a précisé Édouard Philippe.


Cette réforme prévoit de recentrer l'ISF sur le seul patrimoine immobilier, afin de pousser les contribuables aisés à investir davantage dans l'économie. Selon l'entourage d'Emmanuel Macron, elle pourrait entraîner un manque à gagner de deux milliards d'euros pour l'Etat.

La transformation du CICE pas avant 2019

Autre réforme phare renvoyée à 2019, la transformation du Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) en allègement de charges pérenne, réclamée de longue date par le patronat, mais compliquée à mettre en oeuvre, en raison de la facture astronomique qui résultera de l'année de transition.


L'Etat, cette année-là, devra en effet supporter à la fois la baisse de cotisations salariales pour l'exercice en cours et le remboursement du CICE pour les précédents. Son coût est estimé de plus de 40 milliards d'euros.

Quid de la taxe d’habitation

Le gouvernement va enfin revoir le calendrier de sa réforme de la taxe d'habitation, dont 80% de la population doit être exonéré. Initialement prévue pour s'étaler entre 2018 et 2020, elle sera mise en oeuvre "d'ici la fin du quinquennat", a indiqué le Premier ministre, sans donner plus de détails.  

Edouard Philippe a en revanche confirmé pour 2018 la suppression des cotisations salariales, compensée par une hausse de la CSG. Il s'est par ailleurs engagé à réduire les prélèvements obligatoires de 20 milliards d'euros d'ici 2022, estimant que la France ne pouvait pas rester la "championne des impôts".


"Nous arrêterons avant la fin de cette année tout le dispositif de baisses d'impôts pour que l'essentiel entre en vigueur dès 2018 et dès 2019", a assuré Christophe Castaner, jeudi sur lCI.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter