"Impressionnant", "épuisant" : dans les pas d'Elisabeth Moreno pour sa première journée au gouvernement

"Impressionnant", "épuisant" : dans les pas d'Elisabeth Moreno pour sa première journée au gouvernement
Politique

REMANIEMENT - Au lendemain de sa nomination pour remplacer Marlène Schiappa, une équipe de TF1 a suivi la nouvelle ministre déléguée chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l'égalité des chances au cours de sa première journée.

Elle est comme dans un tourbillon. Elisabeth Moreno a atterri lundi soir en provenance d’Afrique du Sud, où elle résidait jusqu’alors. Elle n’a pas encore de bureau, simplement un collaborateur mandaté par Matignon pour guider ses premiers pas. Premier ministre, Jean Castex, lui a passé un coup de fil samedi pour lui proposer d’entrer au gouvernement. "J’ai réfléchi peut-être pendant dans dix minutes", confie-t-elle.

Au lendemain de sa nomination pour remplacer Marlène Schiappa en tant que ministre déléguée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la diversité, la cheffe d’entreprise de 49 ans a déjà une idée précise de ce qu’elle veut. La nouvelle ministre compte transformer le combat qu'elle menait pour la mixité dans les entreprises en une ambition nationale. "Le succès de la diversité passera par l’économie", affirme-t--elle.

Des origines modestes

Ce mardi en début d’après-midi, Elisabeth Moreno a pris ses fonctions dans son nouveau ministère. Lors de son discours, l'ancienne patronne de HP Afrique a décrit son brillant parcours, celle d’une petite fille originaire du Cap-Vert, qui a grandi dans une famille modeste et qui est arrivée en France à l’âge de 7 ans. "Parce que mes parents sont arrivés en France. Que mon père est ouvrier. Que ma mère toute sa vie a été femme de ménage. Qu’ils n’ont pas pu m’apprendre à quel point il est important d’étudier", a-t-elle souligné.

Lire aussi

Pas le temps de chômer, direction l’Elysée, au pas de charge. Elisabeth Moreno assistait ce mardi à son premier Conseil des ministres. L’occasion d’appeler sa fille, restée à Johannesburg. La nouvelle ministre est intimidée même si elle connaît déjà quelques têtes. "C’est incroyable parce toutes ces personnes on les voit d’un peu loin mais de savoir qu’on va pouvoir discuter de la manière dont les choses vont se passer (…) C’est juste formidable."

Toute l'info sur

La présidence Macron

Retrouvez ici les dernières informations sur le nouveau gouvernement.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent