"Indemnité inflation" : Emmanuel Macron défend son refus de baisser les taxes sur le carburant

"Indemnité inflation" : Emmanuel Macron défend son refus de baisser les taxes sur le carburant

DÉCLARATION - Le président de la République Emmanuel Macron a fustigé ce vendredi "ceux qui nous disent que l'on devrait aller beaucoup plus fort sur le climat, mais qui, dès que les prix des carburants augmentent, veulent baisser les taxes".

En déplacement à Bruxelles ce vendredi pour un sommet européen, Emmanuel Macron est revenu sur la mise en place de l'"indemnité inflation" de 100 euros que toucheront 38 millions de Français dans les mois à venir pour lutter contre la hausse du prix des carburants. Interrogé sur son choix d'un chèque plutôt qu'une baisse des taxes, comme le réclamaient plusieurs candidats à la présidentielle, le chef de l'État a justifié sa décision en plusieurs points.

Toute l'info sur

La flambée des prix de l'énergie

"Manipuler la TVA n'est pas possible en droit européen", a d'abord indiqué le président de la République. "Nous sommes dans la moyenne européenne des taxes sur les carburants, et cela coûte beaucoup plus cher" à l'État de les baisser que d'indemniser une partie de la population, a poursuivi Emmanuel Macron. "Tous ceux qui appellent à la sagesse en termes de finances publiques seraient bien inspirés de regarder combien coûte cette baisse."

"Ce qu'a décidé le gouvernement est plus juste et mieux ciblé" qu'une baisse des taxes

Le chef de l'État a également regretté que cette proposition de l'opposition soit "non ciblée". "Quand vous baissez les fiscalités sur les carburants, vous les baissez pour tout le monde", a-t-il rappelé. "Je considère que ce qu'a décidé le gouvernement est plus juste et mieux ciblé. Si on veut accompagner le pouvoir d'achat, mieux vaut avoir un instrument plus ciblé qu'un instrument général."

Lire aussi

Le président de la République estime enfin qu'une baisse des taxes sur les carburants serait contraire aux ambitions écologiques du pays. "Ce ne serait pas très cohérent", a-t-il martelé. "Je suis surpris de voir des gens qui nous disent que l'on devrait aller beaucoup plus vite et fort sur le climat, avec comme conséquence l'augmentation des prix des énergies fossiles, et qui, dès que ces prix augmentent, nous disent qu'il faut baisser les taxes."

En outre, Emmanuel Macron prévient que les prix à la pompe vont "rester élevés dans les prochains mois". "Nous allons vers une augmentation des énergies fossiles, donc il faut accompagner les plus modestes, et en particulier nos compatriotes qui travaillent et ont besoin de se déplacer", a conclu le chef de l'État. "Il est important de continuer à penser ces mécanismes d'accompagnement pour nos compatriotes, notamment en les aidant à se rééquiper. La meilleure manière de régler cette crise, c'est d'intensifier la politique d'aide à la transition que nous menons."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

EN DIRECT - Covid-19 : au Royaume-Uni, deux cas du variant Omicron détectés

En évoquant "l'autonomie" de la Guadeloupe, Sébastien Lecornu fait des vagues

Pass sanitaire : la validité des tests PCR réduite à 24 heures

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.