INFO LCI - 1er mai : Benalla ne se rendra pas devant la commission d’enquête du Sénat avant la fin de l'instruction

Politique
INVESTIGATIONS -Sur LCI, Me Lienard, l’un des avocats d’Alexandre Benalla, a indiqué mardi que son client ne se rendra pas à la convocation de la commission d’enquête du Sénat le 19 septembre, au nom de la séparation des pouvoirs. Mais il assure que l’ancien chargé de mission à l’Elysée répondra "avec plaisir à toutes les questions des sénateurs sitôt l’instruction judiciaire close".

Oui, mais pas tout de suite... C'est en substance la réponse qu'Alexandre Benalla et ses conseils ont envoyé ce mardi à la commission d'enquête du Sénat. Celle-ci a fait savoir lundi qu’elle voulait entendre Alexandre Benalla le 19 septembre sur les événements survenus le 1er mai dernier place de la Contrescarpe à Paris. Mais l’un des avocats de l’ancien chargé de mission de l’Elysée a donc annoncé sur LCI que son client ne se rendrait pas, pour l’instant, à cette convocation. 


"La décision a été prise hier soir, dans mon cabinet", a-t-il expliqué sur notre antenne. Nous avons mesuré les impacts de sa comparution ou de sa non-comparution devant cette commission et nous avons décidé que le mieux à faire était de ne pas y aller ». "Il ne veut pas aller devant une commission faire des déclarations qui lui  seraient reprochées par les magistrats instructeurs", a poursuivi Me Lienard sur LCI en s'appuyant sur le troisième paragraphe de l’article 6 de l’ordonnance du 17 novembre 1958 relative aux fonctionnements des assemblées parlementaires. 

En vidéo

INFOGRAPHIE - Les protagonistes de l'affaire Benalla

Ce texte indique qu'il "ne peut être créé de commission d'enquête sur des faits ayant donné lieu à des poursuites judiciaires et aussi longtemps que ces poursuites sont en cours, affirme l'avocat. Si une commission a déjà été créée, sa mission prend fin dès l'ouverture d'une information judiciaire relative aux faits sur lesquels elle est chargée d'enquêter". Et Me Lienard de préciser qu’Alexandre Benalla fait justement "l’objet d’une information judiciaire qui vise précisément son association aux opérations de maintien de l’ordre le 1er mai dernier". 


En revanche, l’avocat de l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron à l’Elysée déclare qu'Alexandre Benalla "aura le plaisir de déposer devant toute commission d’enquête ou mission d’information"... une fois que l’instruction sera terminée.  "Il viendra dans le temps légal. Ce n’est pas maintenant, c’est à la fin de l’instruction".

"Alexandre Benalla n’a pas le sentiment d’avoir commis de faute"

Concernant l’état d’esprit dans lequel se trouve Alexandre Benalla aujourd’hui, Me Lienard le décrit comme "quelqu’un qui va comme une personne qui est ennemi public numéro 1 en France et qui est au chômage". Mais parle aussi d’un homme qui est "combatif" et qui "a envie de s’expliquer car fondamentalement il n’a pas le sentiment d’avoir commis de faute".  Alexandre Benalla est convoqué le 28 septembre prochain par les juges. 


Filmé en train de violenter un manifestant en marge des défilés du 1er-Mai, Alexandre Benalla a été mis en examen le 22 juillet notamment pour "violences en réunion" aux côtés d'un employé de la République en marche, Vincent Crase. Trois policiers sont également mis en examen pour "détournement d'images issues d'un système de vidéo-protection" et "violation du secret professionnel".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Affaire Benalla : la première crise du quinquennat Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter