Interdiction de décolletés : Ségolène Royal dément "la rumeur ridicule"

Interdiction de décolletés : Ségolène Royal dément "la rumeur ridicule"

DirectLCI
GOUVERNEMENT - Ségolène Royal a démenti jeudi dans deux tweets les informations, maintenues par Le Point, selon lesquelles elle aurait interdit au personnel de son ministère de porter des décolletés. Selon elle, il s'agit d'une "rumeur ridicule". Trop tard pour arrêter les commentaires sexistes.

"On ne va pas démentir un par un chaque élément" avancé par Le Point , a-t-on soupiré au ministère de l'Ecologie. Ségolène Royal a néanmoins été contrainte de contester avec force l'une des informations "exclusives" publiées jeudi par l'hebdomadaire. "Je démens bien sûr la rumeur ridicule concernant l'interdiction de décolletés dans le ministère !", a écrit l'ancienne présidente de la région Poitou-Charente sur son compte Twitter. "La seule instruction donnée concerne la plus grande rigueur dans l'utilisation des fonds publics, ce que les Français attendent de nous", a-t-elle ajouté dans un second message.

EN SAVOIR + >> Les drôles de consignes de Ségolène Royal à son ministère

Un double démenti pour plus de fermeté. Et pour cause. Les révélations du Point sur les "consignes" que la nouvelle ministre de l'Ecologie aurait imposées à ses équipes ont de quoi surprendre. Le personnel devrait se lever au passage de celle qu'un huissier précéderait dans les couloirs, et n'aurait pas le droit de fumer en sa présence, ni de marcher à proximité du salon où elle déjeune, "pour cause de nuisances sonores". Et la socialiste aurait surtout, donc, astreint à ses troupes à un code vestimentaire strict, selon "une source à l'hôtel de Roquelaure" citée par le journal.

Clin d'œil de Touraine

Interrogée par Le Point, Ségolène Royal s'était contentée de déclarer qu'il s'agit d'un "règlement intérieur sur proposition des services qui est destiné à l'interne et ne donne pas lieu de commentaires externes", selon l'auteur de l'article, qui a maintenu jeudi ses informations . Mais les "commentaires externes" sont allés bon train toute la journée. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a même dû s'exprimer brièvement sur le sujet sur Europe 1, en mettant en avant "le sens de la mission" de ses collaborateurs tout en ajoutant, dans un clin d'œil, que "l'été, des décolletés légers" ne lui "posent aucun problème".

Dans le même temps, les piques sur "la dame de fer" ou sur "son Altesse Royal" se sont multipliées dans les médias ou sur les réseaux sociaux, où ont fleuri les tweets ironiques, très souvent teintés de sexisme. La palme en la matière : le communiqué de presse du député Jacques Myard, intitulé "Vive les décolletés !". L'élu UMP lance face à un règlement jugé "scandaleux" : "Au nom de quoi devrions-nous, nous les hommes, être privés de la beauté de la nature !!!" Mais lui est un adepte des sorties provocantes.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter