Interdiction des emplois familiaux : la dernière tentative du député FM Lambert, dont la compagne est attachée parlementaire

JAMAIS SANS ELLE - Alors que l'Assemblée nationale entérinait ce jeudi matin l'interdiction des emplois familiaux pour les parlementaires, le député LREM François-Michel Lambert a déposé un amendement pour tenter de sauvegarder les emplois en cours. Petite précision : sa compagne est son attachée parlementaire.

C'est fait. Après de longs débats, l'Assemblée nationale a entériné jeudi matin l'une des dispositions les plus discutées de la loi de moralisation : l'interdiction de l'embauche de proches dans des emplois de collaborateurs parlementaires. La veille, les députés avaient déjà validé le principe pour les collaborateurs du ministres, avant de faire de même, jeudi, pour eux-mêmes et pour les exécutifs locaux.


Un vote qui s'est déroulé dans une ambiance sereine en comparaison des débats virulents de l'avant-veille sur la moralisation de la vie publique, mais qui n'a pas manifestement pas fait que des heureux. Parmi les derniers réfractaires : le député LREM des Bouches-du-Rhône François-Michel Lambert, qui a tenté de déposer un amendement et multiplié les interventions pour tenter de sauver les derniers emplois familiaux, plaidant pour une extinction progressive de la pratique plutôt qu'un arrêt brutal. 

En fait, FM Lambert n'a jamais caché que sa propre compagne, Marjorie, était toujours son attachée parlementaire. Elle figure d'ailleurs sur la page de contact de son site personnel


Le député s'était déjà illustré de façon originale par la défense des emplois familiaux en février dernier, en pleine affaire Penelope Fillon. Dans un texte en forme de déclaration d'amour à sa compagne, le parlementaire avait alors appelé à faire la distinction entre emploi familial et emploi fictif, assurant :

Sans Marjorie à mes côtés, je serais moins efficace. Grâce à elle, en tout instant, matin et soir, par notre passion commune, celle de servir et de bâtir une nouvelle société, nous allons ensemble de l'avantFrançois-Michel Lambert

Le député avait d'ailleurs indiqué à l'époque que, "à choisir entre la poursuite d'un possible deuxième mandat avec elle ou l'écarter comme l’opinion publique l'exigerait, je ne me tromperai pas : je ne briguerai pas de nouveau mandat". Il a manifestement décidé de briguer un nouveau mandat... Tout en gardant sa chère collaboratrice. 


Jeudi matin, le député a invoqué tour à tour la Déclaration des droits de l'Homme, la vie privée et familiale, la quête du bonheur et le risque "d'affaiblissement" du député pour tenter de sauver les emplois familiaux menacés, et en particulier le sien. Ses collègues de la majorité n'ont manifestement pas été sensibles à ses arguments. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter