Candidature dissidente de Villani à Paris : "Au bout du compte, nous serons tous ensemble", affirme Gilles Le Gendre

Politique

Toute L'info sur

L'interview Politique

L'INTERVIEW POLITIQUE - Gilles Le Gendre, le patron des Marcheurs à l’Assemblée nationale, était l'invité d'Elizabeth Martichoux sur LCI ce vendredi 6 septembre 2019. L’occasion de revenir aussi bien sur la candidature de Cédric Villani à la mairie de Paris, que sur "l’acte 2" du quinquennat, qui se veut être à l’écoute des citoyens.

Il est le chef d’un parti hétéroclite. Alors que le groupe LaREM doit faire sa rentrée demain à Bordeaux, Gilles Le Gendre était l’invité de l’interview politique d'Elizabeth Martichoux ce vendredi 6 septembre sur LCI. Celui qui est à la tête des 300 députés de la majorité a évidemment évoqué l’actualité politique, à savoir la candidature dissidente de Cédric Villani à la mairie de Paris, mais aussi la rentrée de son parti, et de l’Assemblée nationale, qui reprend ses travaux ce mardi. 

Voir aussi

A la veille du "Campus des territoires" à Bordeaux, où sont invités tous les membres du gouvernement jusqu’au 8 septembre, des Gilets jaunes ont – sans surprise – fait savoir qu’ils comptaient bien organiser un "comité d’accueil" dans la capitale de Gironde. Mais le patron de LaREM n’est pas inquiet, car il estime que la "crise" est "derrière nous". "Nous savons qu’ils existent encore", confie-t-il, "mais j’ai l’impression que la crise est derrière nous car nous lui avons apporté les réponses appropriées".

Selon l’élu, le gouvernement est arrivé à "entendre" les Français qui se retrouvaient dans ce mouvement. Et en veut pour preuve la stratégie mise en place pour la réforme des retraites. Il plaide ainsi que "l’immobilisme" n’est pas le "nouveau mantra" du parti présidentiel mais bien "la concertation des syndicats et la consultation des Français sur ce sujet". Une méthode assumée comme étant la conséquence de la crise sociale. "Nous avons modifié notre manière de gouverner pour corriger ce qui avait alimenté cette crise."

Le mot d'ordre : gagner Paris

Mais les Français en chasuble ne sont pas le seul caillou dans la chaussure de Gilles Le Gendre en ce mois de septembre. La candidature dissidente de Cédric Villani à la mairie de Paris en est une autre, certains estimant que ce conflit fratricide avec Benjamin Griveaux pourrait être synonyme de victoire pour la maire sortante, Anne Hidalgo. Alors à la question de savoir si le chef de la majorité se fait à l’idée que la capitale peut être perdue, l’intéressé répond sèchement, sans hésitation : "Non !" Et de continuer, après un silence, qu’il allait "tout faire pour que cette idée ne reste qu’une idée". Car celui, qui a désiré garder Cedric Villani au sein de LaREM en est certain : les deux hommes se retrouveront. "Au bout du compte, nous serons tous ensemble", dit-il.

Je fais confiance à l’un et à l’autre pour qu’ils ne nous entraînent pas vers une défaite- Gilles Le Gendre, le 6 septembre

S’il n'a cessé de réitérer son soutien à Benjamin Griveaux, assurant qu'il allait "tout faire" pour qu'il arrive en tête, Gilles Le Gendre n'a pas tout à fait écarté la possibilité que le mathématicien soit le représentant d’En Marche d’ici mars 2020. "Ce sont des êtres raisonnables et rationnels", argue-t-il pour expliquer la confiance qu’il leur accorde. Pour lui, ce qui prime, c’est de battre Anne Hidalgo, à tout prime. "Je veux que nous gagnons, je veux que nous offrions une alternative à madame Hidalgo et que nous battions madame Hidalgo au mois de mars." Et c'est bien pour cette raison qu'il a "proposé l'idée qu'il ne fallait pas exclure Cédric Villani". 

En vidéo

Candidature dissidente de Villani : "Au bout du compte, nous serons tous ensemble", affirme Gilles Le Gendre

Et si Cédric Villani, dont la côte de popularité dépasse de cinq points celle de Benjamin Griveaux, venait à aller "jusqu'au bout", comme il ne cesse de dire? Et s'il commence à devenir le seul candidat capable de succéder à Anne Hidalgo? "Si cette division démontre qu’elle fait augmenter de façon spectaculaire les chances de la maire d’être réélue, je fais confiance à l’un et à l’autre pour qu’ils ne nous entraînent pas vers cette défaite", répond l'intéressé. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter