"Il y a une nouvelle méthode tournée vers l'écoute, le dialogue et la concertation", affirme Gabriel Attal

Politique

Toute L'info sur

L'interview Politique

INTERVIEW POLITIQUE - Le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse était l'invité d'Elizabeth Martichoux, vendredi 30 août sur LCI. Gabriel Attal est notamment revenu sur l'acte II du quinquennat d'Emmanuel Macron et sur la méthode du président.

Invité de LCI, vendredi 30 août, Gabriel Attal, secrétaire auprès du ministre de l'Éducation nationale, a notamment évoqué le changement d'attitude du président de la République et du gouvernement depuis le début du mouvement des Gilets jaunes. "Il y a un acte II avec une méthode davantage tournée vers l'écoute, le dialogue et la concertation", a affirmé le secrétaire d'État. "Il y a une forme de regard critique sur notre action, sur notre méthode depuis le mouvement des Gilets jaunes", a concédé Gabriel Attal. Ce changement de braquet du président doit "être mis en oeuvre", dit-il. 

Le secrétaire d'Etat confirme ainsi la nouvelle méthode qu'entend suivre le gouvernement alors que se profilent de nouvelles réformes explosives.

"Le choix qui a été fait est d’aller vers une augmentation du pouvoir d’achat des enseignants"

Gabriel Attal est ensuite revenu sur la rémunération des professeurs. "Le choix qui a été fait, le nôtre, est d’aller vers une augmentation du pouvoir d’achat des enseignants. Un professeur qui commence sa carrière en 2022 gagnera en moyenne 1000 euros de plus qu’en 2017. Donc il y a une dynamique d’augmentation."  

 

Sur l’augmentation de 300 euros par an promise par Jean-Michel Blanquer mais décidée sous François Hollande, le secrétaire d’Etat estime que l’important était de "trouver des marges pour le faire". "La décision a été prise en 2016, à un moment où le précédent gouvernement savait qu’a priori il n’allait pas être reconduit. Il n’y avait aucun budget pour mettre en œuvre cette augmentation annoncée. Donc en arrivant nous avons trouvé des marges de manœuvre pour permettre cette augmentation. On n’a pas attendu deux ans pour agir sur la rémunération des enseignants. Dès 2017, (…) on a décidé de primes exceptionnelles pour les enseignants en REP. C’est 4500 euros par an de primes pour ces enseignants, pour les attirer dans ces zones plus difficiles. Sans doute d’autres mesures interviendront ultérieurement."

Villani candidat ? "J'en serais très déçu"

Gabriel Attal a également été interrogé sur la candidature annoncée de Cédric Villani à Paris, face au candidat investi par La République en marche Benjamin Griveaux. "J’ai parfaitement confiance dans la capacité de Benjamin Griveaux à remporter la mairie de Paris", a-t-il déclaré, se montrant confiant. "Je ne peux pas imaginer que Cédric Villani puisse prendre des décisions qui conduirait à empêcher La République en marche de gagner la mairie de Paris. S’il se déclare candidat j’en serais très déçu. Je ne souhaite pas qu’on aille vers une nouvelle candidature qui nous empêcherait de gagner la mairie de Paris. Je n’imagine pas qu’il prenne des décisions qui nous fassent perdre."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter