L'Interview politique : "Il faut renoncer à l'âge d'équilibre", exhorte Laurent Berger sur LCI

L'Interview politique : "Il faut renoncer à l'âge d'équilibre", exhorte Laurent Berger sur LCI
Politique

REPLAY - Laurent Berger, le patron de la CFDT, était l'invité d'Elizabeth Martichox ce mardi 17 décembre alors qu'une manifestation contre la réforme des retraites pourrait atteindre un sommet mardi dans la rue, à l'appel cette fois de tous les syndicats.

Toute l'info sur

La réforme des retraites d'Emmanuel Macron

Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT était l'invité d'Elizabeth Martichoux, ce mardi 17 décembre, au lendemain de la démission de Jean-Paul Delevoye et quelques heures avant la manifestation pourrait atteindre un sommet mardi dans la rue, à l'appel cette fois de tous les syndicats. 

Sur la démission de Delevoye :

"Quand celui qui a préparé le dossier, qui a discuté, qui a échangé, qui a une équipe connaissant bien le sujet part, évidemment, cela complique la donne. Après, je crois qu’il n’y avait pas d’autre issue possible avec les faits évoqués (…) Maintenant quel est l’interlocuteur ? On ne sait plus trop. La préoccupation c’est le fond du sujet, les acteurs c’est autre chose."

Sur la mobilisation ce mardi :

"Le dialogue avec le gouvernement n'a jamais été interrompu mais la mobilisation aujourd'hui est extrêmement importante parce que la CFDT, les salariés, notamment ceux du privé et ceux proches de la retraite, ont pris conscience avec les annonces du Premier ministre qu’ils allaient être impactés très très vite (…) Il n'y a pas de voie médiane qui nous donnerait l'idée qu'il faut conserver cette mauvaise idée de départ (…) La CFDT est pour un régime universel des retraites mais en revanche, elle est contre la mesure injuste qui est l'âge d'équilibre dans ce qui a été proposé par le gouvernement. »

Sur une trêve à Noel ?

"Je souhaite une trêve à Noel. La première raison, c’est que tout le monde va aspirer à cette période de l’année à se retrouver, dans les conditions qu’on a choisies, avec sa famille, ses amis… et les gens doivent pouvoir circuler librement. La deuxième, c’est que ce n’est pas bon pour l’image des organisations syndicales non plus de donner le sentiment que l’on ne serait pas sensible à cette aspiration des français."

Sur la participation de la CFDT à la manifestation :

"Le gouvernement ne peut pas être étonné que la CFDT soit en réaction très forte et appelle à manifester contre cet âge d’équilibre. Je n’en suis pas étonné, mais je suis en désaccord. On peut passer des mois et des mois à lutter contre une disposition que certains prévoient d’appliquer et être en colère le jour où ils proposent de l’appliquer, ce n’est pas contradictoire. La réforme promise par le président de la république en termes de justice sociale, de lisibilité, de création d’un régime universel auquel les Français sont plutôt favorables même s’ils sont un peu perdus aujourd'hui, c’est passer derrière la volonté d’une réforme d’équilibre avec une logique purement budgétaire. On se fait coincer par une forme de technocratie de comptable alors qu’il fallait parler de justice et d’équité (…) Pour l'instant, la logique comptable et financière a gagné. (...)Les revendications de la CFDT sont aujourd'hui très simples : il faut renoncer à l'âge d'équilibre et confier à la gouvernance du système cet équilibre à court, moyen et long terme."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : la France a-t-elle vraiment les plus mauvais chiffres en Europe ?

Des médecins réclament un couvre-feu à 19h et un confinement le week-end

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 52.000 nouveaux cas en 24 heures, nouveau record quotidien

Erdogan invite Macron à "se faire soigner", l'Élysée dénonce des "propos inacceptables"

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent