Roger Karoutchi : "L’erreur majeure du gouvernement a été de dire que les négociations ne reprendraient que le 7 janvier"

Roger Karoutchi : "L’erreur majeure du gouvernement a été de dire que les négociations ne reprendraient que le 7 janvier"
Politique

Toute L'info sur

L'interview Politique

POLITIQUE - Roger Karoutchi, sénateur Les Républicains des Hauts-de-Seine, était l'invité de Julie Hammett ce mardi 31 décembre. Il s’est notamment exprimé sur la réforme des retraites et la grève qui perdurent dans les transports franciliens depuis près d’un mois.

Roger Karoutchi, sénateur Les Républicains des Hauts-de-Seine, était l'invité ce mardi matin de LCI. Il a répondu aux questions de Julie Hammett. 

Interrogé au sujet des vœux du président de la République qui doivent être prononcés ce mardi à 20 heures après vingt-six jours de grève, Roger Karoutchi a déclaré : "J’imagine qu’il va dire que sa réforme est bonne et juste mais que naturellement il demande au gouvernement de prévoir tous les aménagements possibles pour qu’elle entre en fonction et de négocier avec toutes les organisations syndicales". Selon lui, ce message ne va pas pour autant "calmer le jeu ". 

Pour le sénateur LR, "l’erreur majeure (du gouvernement, ndlr) a été de dire, le 20 décembre, que les négociations ne reprendraient que le 7 janvier". Et de commenter : "On n’a jamais vu, dans une période de blocage comme c’est le cas aujourd’hui, un gouvernement dire : 'revenez donc dans 18 jours, on aurait peut-être quelque chose à vous dire'. Franchement, on pouvait peut-être négocier y compris pendant les vacances". 

Jeu de la "surenchère"

"Je pense que le gouvernement joue la surenchère et le pourrissement quand certains syndicats, la CGT par exemple, joue la surenchère, surenchère quand elle dit retrait pur et simple du texte" a poursuivi Roger Karoutchi. Le sénateur a d'ailleurs insisté sur le choix des mots et la sémantique. "Retrait du texte c’est beaucoup dire, il n’y a pas de texte. Pour le moment il n’y a pas de texte de loi donc retrait de rien du tout. Mais retrait de l’idée, retrait des grands principes. Retrait complet, le gouvernement n’acceptera jamais" , a-t-il considéré.

Selon le sénateur LR,  "on sait très bien qu’au bout du bout, il y aura des négociations pour obtenir des avancées mais je trouve que c’est très mal engagé". Et de conclure : "Après la crise des Gilets jaunes le gouvernement avait dit 'on rentre dans une nouvelle phase de dialogue social, de meilleure compréhension, d’image un peu plus tournée vers tous et pas seulement vers les premiers de cordée'. Le gouvernement ne donne pas cette image-là depuis trois semaines, un mois.... Même si je suis bien d’accord pour dire que les syndicats font de la surenchère. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent