Florian Philippot sur les "fake news" : "Je me suis fait avoir, je ne le ferai plus"

DirectLCI
MEA CULPA - Invité ce vendredi dans la matinale de LCI, le patron des Patriotes a réagi au projet de loi sur les "fake news". Un sujet auquel a déjà été confronté celui qui, en mai dernier, en avait relayé une sur son compte Twitter.

"Chaque internaute peut se faire piéger". Invité ce vendredi dans la matinale de LCI, Florian Philippot a réagi au projet de loi du gouvernement sur les "fake news". Une problématique à laquelle le patron des Patriotes a lui-même été confronté ces derniers mois.


"J'avais relayé un faux texto", a admis François Philippot, avant même que celui-ci ne lui soit présenté. Un "faux texto" qui remonte à la campagne présidentielle : celui qui était encore le vice-président du Front national avait alors publié sur son compte Twitter un faux SMS de l'équipe locale d'En Marche basée à Reims. Celle-ci avait soi-disant appelé les militants d'Emmanuel Macron à venir perturber la venue de Marine Le Pen à la cathédrale.

"Nous ne sommes pas idiots"

"Je me suis fait avoir, je ne le ferai plus", a concédé Florian Philippot. Avant d'ajouter : "Mais ceci dit, les violences avaient eu lieu, la réalité existe." Selon lui, l'erreur est humaine : "Nous ne sommes pas idiots, nous apprenons. Et puis les médias sont là, votre métier, c'est normalement de vérifier les sources." 


"On peut se dire que la motivation est louable, se dire que c'est bien de lutter contre les fausses informations". Avant de tempérer : "Je pense que l'objectif de cette loi est bien plus grave, les modalités d'application seront très dangereuses." Et d'ajouter : "On peut se demander qui va décider si une information est vraie ou pas. Le gouvernement ? Un juge ? Quelques grands médias ?"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'invité d'Audrey

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter