"Ivre d'insomnie", Frédéric Lefebvre écrit un poème sur les attentats

"Ivre d'insomnie", Frédéric Lefebvre écrit un poème sur les attentats

DirectLCI
LIS TES RATURES - Manifestement bouleversé par la tragédie qui a frappé Paris et touché la France le vendredi 13 novembre, le député LR des Français de l'étranger Frédéric Lefebvre a diffusé ce lundi sur Twitter un poème composé à la faveur d'une nuit blanche.

"Il n'y a point de mal dont il ne naisse un bien." Ayant sans doute en tête cette phrase de son livre de chevet*, le député Les Républicains Frédéric Lefebvre a décidé de faire éclore un peu de beauté des attentats qui ont ensanglanté Paris vendredi 13 novembre. Ce lundi matin, l'ex-ministre de Nicolas Sarkozy a donc partagé sur Twitter un "hymne au déchirant novembre" qui, précise-t-il, est le fruit d'une "nuit d'insomnie".

L'ensemble de 20 vers, où l'émotion semble balayer toute attention portée à la qualité des rimes, est accompagné d'un dessin représentant de la Manjishta (ou garance indienne), connue notamment pour son action anti-âge et purifiante. Mais qui, jusqu'à preuve du contraire, n'a aucune propriété hallucinogène (contrairement, dans certains cas, à l'insomnie).

En voici la restranscription :

"Dans la nuit ton cœur s'envole
Sur le sol s'écoule ton sang
Dans le ciel ta voix résonne
Sur l'asphalte s'écrase ton flanc

Ta belle âme prend son envol
Quand tes tripes recouvrent le sol
Ton sourire trace un nuage
Quand ici je m'enivre de rage

Ce verre en terrasse qui vole en éclats
Ces notes de guitares criblées de balles
Ce ballon suspendu où un bruit sourd s'abat
Ces semeurs de terreur produit de la cabale

130 anges fleurissent au vent
8 diables errent dans le tourment
66 millions de citoyens unis
193 Etats du monde s'allient

Ce 13 novembre de rouge marqué
De la garance des teinturiers
Verra décembre effacer
De blanc immaculé les meurtriers."

Frédéric Lefebvre a lui-même relayé certaines des réactions suscités par sa plume, dont celle-ci : "À ceux qui s'entêtent à ne voir en lui que son passé de 'sniper' (de Nicolas Sarkozy, ndlr), admirez donc ces vers qu'il a tirés de son âme". Personne ne lui reprochera, en effet, de cultiver son jardin.

*Zadig, DE Voltaire, avait un jour confessé l'homme politique.


A LIRE AUSSI
>> Union nationale : Frédéric Lefebvre a "eu honte" de la droite à l'Assemblée

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter