"J'aime votre vin, j'aime vos femmes" : le premier coup de fil surréaliste de Trump à Hollande

"J'aime votre vin, j'aime vos femmes" : le premier coup de fil surréaliste de Trump à Hollande

Politique
DirectLCI
SURRÉALISTE - Le premier échange entre François Hollande et Donald Trump est relaté dans le livre "La politique est un sport de combat" de Gaspard Gantzer, son ancien conseiller communication. Il en relate les détails croustillants.

Un premier contact très surprenant entre deux chefs d'états. Alors qu'il est fraîchement élu comme le 45e président de l'histoire des Etats-Unis, Donald Trump se munit de son téléphone en novembre 2016 pour contacter son homologue français. Un moment "tant redouté" comme l'écrit Garspard Gantzer (l'ancien conseiller en communication de François Hollande) dans son journal de bord (La politique est un sport de combat, Fayard) qui relate ses trois années passées au Palais.

Vous êtes un grand président, un grand leader et un grand hommeDonald Trump à François Hollande

"Monsieur le Président, je suis ravi de parler avec vous. Vous êtes un grand Président, un grand leader et un grand homme. C'est un véritable honneur", démarre Donald Trump. Avant de se lancer dans une ôde sirupeuse à la France. "J'aime la France, j'aime les Français, j'aime votre pays, j'aime Paris, j'aime votre vin", énumère l'ancien homme d'affaires et animateur de télévision passé en un coup de vent à la politique. "J'aime vos femmes", continue même Trump dans son style sexiste coutumier, avant que François Hollande ne tente de le ramener à une discussion beaucoup plus politique.

C'est clair que Donald Trump se fout de nous. Ils nous prend pour des billesGaspard Gantzer dans son livre "La politique est un sport de combat'

Selon Gaspard Gantzer, il est clair comme de l'eau de roche que Donald Trump se moque ouvertement de son homologue. " Il nous (Alice Rufo, Jacques Audibert, l'amiral Rogel et Claudine Ripert, tous présents dans la pièce) prend pour des billes", écrit-il.


Une tendance qui se confirme lorsque le prédécesseur d'Emmanuel Macron lui évoque tour à tour ce qui lui semble être des chantiers prioritaires (guerre en Syrie et en Irak, lutte contre le terrorisme et mise en place de l'accord de Paris sur le climat). Ce à quoi "The Donald" répond... par l'affirmative. "Tout ce que vous voudrez", a t-il confié. Perturbant, quand on sait ce que dira notamment par la suite le président américain de l'accord de Paris sur le climat.

En vidéo

Donald Trump, l'improbable président

Mais cet échange insolite n'a guère atteint son paroxysme. Trump finit même par solliciter le carnet d'adresses de l'ex-chef de l'Etat. : "J'ai quelque chose à vous demander, monsieur le Président. Est-ce que vous auriez des collaborateurs à me conseiller pour constituer mon équipe ?" Donald Trump justifie sa demande en expliquant que celui qui est encore son homologue pour quelques mois connaît "beaucoup de monde", car il est "Président de la France depuis quelques années". Une conversation d'une dizaine de minutes à peine, clôturée d'un "merci beaucoup François". On ne saura pas ce que lui aura répondu François Hollande. Seule chose : la réaction troublée de l'ancien chef de l'Etat. "Il est quand même..." sans terminer sa phrase.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter