"J'aurais fait de l'humour avec tout dirigeant européen" : Macron dédramatise sa blague sur la "clim" au président du Burkina

HUMOUR - Alors qu'Emmanuel Macron poursuit sa tournée africaine, il a réagi à la polémique qui a suivi son échange avec le président du Burkina Faso, Roch Kaboré. Il avait affirmé, mardi, que son homologue était "parti réparer la climatisation", lors d'un échange avec des étudiants.

Critiqué pour avoir dit du président du Burkina Faso qu'il partait "réparer la climatisation" lors d'un échange, mardi, Emmanuel Macron assume et invoque l'humour. Le chef de l'État a affirmé ce mercredi lors d'un entretien avec RFI et France 24 qu'il aurait pu faire la même blague à certains dirigeants européens.


Pour Emmanuel Macron, il n'y a pas de mépris et encore moins d'incident diplomatique. "Ce sont eux, les paternalistes car, c'est considérer qu'on ne peut pas faire d'humour quand on parle avec un dirigeant africain. J'aurais fait de l'humour avec tout dirigeant européen avec qui j'ai cette relation. Nous n'avons pas ce type de relation avec Angela Merkel. Je l'ai par exemple avec Jean-Claude Juncker. Je l'ai avec le Premier ministre luxembourgeois", a affirmé le président français.


"Ça dépend de la relation personnelle. Il se trouve qu'avec Roch Kaboré, nous nous entendons bien et donc, nous plaisantons et d'ailleurs, ça ne vous aura pas échappé que ça l'a fait rire, ajouté Emmanuel Macron. Le président Kaboré a été très heureux de l'échange que nous avons eu avec les étudiants."

L'humour, c'est une relation d'égal à égalEmmanuel Macron

Mardi, lors d'une rencontre organisée à Ouagadougou, la capitale burkinabé, avec des étudiants et le président du Burkina Faso, Emmanuel Macron avait déclaré : "Moi je ne veux pas m’occuper de l’électricité dans les universités au Burkina Faso ! C’est le travail du président ! (...) Du coup, il s'en va, reste là ! Du coup, il est parti réparer la climatisation." Des propos prononcés alors que son homologue Roch Marc Christian Kaboré avait souri puis brièvement quitté la scène.

Et le président de disserter sur sa vision de l'humour entre chefs d'États : "L'humour, c'est une relation d'égal à égal. C'est de se dire qu'on peut plaisanter de soi et de l'autre. Il y aurait des sujets interdits en Afrique. Il y aurait des vérités qu'on ne peut pas se dire. Ça fait partie de ces blocages. On doit pouvoir se dire les choses de manière dépassionnées et on doit aussi pouvoir plaisanter."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter