"Je le savais accro à l'argent" : Robert Bourgi raconte pourquoi il a "tué François Fillon" à la présidentielle

"Je le savais accro à l'argent" : Robert Bourgi raconte pourquoi il a "tué François Fillon" à la présidentielle
Politique

COSTUMES - L'avocat Robert Bourgi, à l'origine des révélations sur les costumes qu'il a offert à François Fillon pendant la campagne présidentielle, a sorti "la sulfateuse" contre l'ancien candidat de la droite, lundi chez Jean-Jacques Bourdin. "J'ai décidé de tuer François Fillon pour diverses raisons", raconte ce proche de Nicolas Sarkozy.

"J'avais la sulfateuse, le marteau et les clous pour François Fillon." Quand Robert Bourgi est arrivé lundi matin sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin (RMC-BFMTV), il a immédiatement annoncé la couleur : l'avocat et homme d'affaires était là pour dézinguer en règle l'ancien candidat de la droite à la présidentielle, François Fillon, depuis retiré de la vie politique. 

En vidéo

Robert Bourgi explique pourquoi il a "tué François Fillon"

Un an après "l'affaire Penelope", ce proche de Nicolas Sarkozy ne prend pas de pincettes, alors qu'un documentaire intitulé "Qui a tué François Fillon ?" doit être diffusé lundi soir sur BFMTV. "J'ai décidé de tuer François Fillon pour diverses raisons", lance l'homme qui a révélé au JDD, en pleine campagne présidentielle, avoir offert des costumes de luxe au candidat. 

"Triste sire"

L'homme d'affaire énumère alors les raisons pour lesquelles il a décidé, après les révélations sur l'emploi présumé fictif de Penelope Fillon, d'enfoncer encore un peu plus le candidat de la droite en racontant l'histoire des costumes Arnys.

"D'abord, parce qu'il a violé toutes les règles de l'amitié. J'ai toujours été correct avec lui, fidèle", explique-t-il. Ensuite, Robert Bourgi n'a "pas supporté" la mise en cause de Nicolas Sarkozy par François Fillon, lorsque ce dernier a prononcé la fameuse phrase "Qui imagine le général de Gaulle mis en examen ?". "Il passait son temps à démolir Nicolas Sarkozy", se plaint également l'avocat. Puis : "Je le savais accro à l'argent. On ne pouvait pas le laisser faire cela [...] Heureusement qu'il n'a pas été élu président, c'est un triste sire".

Lire aussi

Toute l'info sur

L'affaire Penelope Fillon

Au début de l'entretien, Robert Bourgi a eu des mots plus fleuris encore, affirmant avoir "conçu le projet de niquer François Fillon", avant même les révélations du Canard enchaîné. "Je savais que l'homme avait des relations étranges avec l'argent", se répand l'homme d'affaires, affirmant qu'il rencontrait régulièrement l'ancien Premier ministre lorsque ce dernier était à Matignon pour lui raconter ce que Nicolas Sarkozy "disait de lui". "Quand il a quitté Matignon, il m'a dit : j'ai un bureau de conseil. Je cherche des clients. Je lui ai dit de ne pas s'aventurer là-dedans [...] Il a insisté. Je savais qu'un jour ou l'autre, il aurait des problèmes...", détaille encore Bourgi.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent