"Je n’ai aucune phobie administrative" : soupçonné de fraude fiscale, Thierry Solère se défend et tacle le "Canard enchaîné"

"Je n’ai aucune phobie administrative" : soupçonné de fraude fiscale, Thierry Solère se défend et tacle le "Canard enchaîné"
Politique

Toute L'info sur

L'affaire Penelope Fillon

CONTRE-ATTAQUE – Après les nouvelles révélations du "Canard enchaîné" rapportant l’existence d’une enquête pour fraude fiscale à son encontre, Thierry Solère se défend de toute activité illégale. Le porte-parole de François Fillon va d’ailleurs porter plainte contre l’hebdomadaire satirique.

"Je n’ai aucune phobie administrative". Avec cette référence à Thomas Thévenoud, Thierry Solère s’est défendu ce mardi soir des accusations de fraude fiscale du Canard enchaîné à son encontre.  "Je suis à jour de tous mes impôts. J’avais eu un redressement fiscal, sur lequel j’avais communiqué à l’époque, avant mes activités de parlementaire, qui n’avait donné lieu à aucune pénalité pour fraude fiscale", a expliqué le député Les Républicains (LR) des Hauts-de-Seine soulignant que "tous les autres faits qui sont dans le Canard enchaîné sont absolument faux."

Le porte-parole de François Fillon a d'ailleurs dit plus tôt, sur BFM TV, son intention de porter plainte contre l’hebdomadaire satirique. 

Voir aussi

Des soupçons de conflits d'intérêts

Le porte-parole de François Fillon a, selon le Canard à paraître mercredi, "omis de régler une partie de ses impôts" entre 2010 et 2013 et fait actuellement l’objet d’une enquête de l'Office central de la lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF). Une enquête ouverte dès le 6 septembre 2016 à la suite d’une plainte de Bercy contre lui. 

Outre de possibles conflits d’intérêts – il était à la fois conseiller d’un groupe spécialisé dans le traitement des déchets pour 12.000 euros bruts par mois et parlementaire –, l’hebdomadaire fait aussi état de soupçons qui rappellent ceux pesant sur le couple Fillon. 

Son épouse dans le viseur

Selon le Canard en effet, Thierry Solère avait salarié son épouse Karine Theet-Solère pour "4400 euros net mensuels sur les six derniers mois de l'année 2012 (les six premiers de son mandat de député, ndlr)" alors même qu’il "ne dispose [pas] de permanence parlementaire dans la circonscription ni même à l'Assemblée nationale". 

Nos confrères affirment par ailleurs que l'OCLCIFF s'intéresse à Lerins Communication, société de conseil de Karine Theet-Solère. Il était pourtant indiqué dans la déclaration d'intérêts et d'activités de l’homme fort de Boulogne-Billancourt que sa femme, assistante parlementaire donc, était "sans activités autres", le Canard enchaîné soutient que la société "aurait dégagé 200.000 euros de bénéfices non commerciaux (la période n’est pas précisée, ndlr)". 

Voir aussi

En vidéo

François Fillon mobilise son camp

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter