"Je veux accompagner la grève illimitée du 5 décembre", affirme Adrien Quatennens sur LCI

Politique

Toute L'info sur

L'interview Politique

INTERVIEW - Le député La France Insoumise du Nord était l’invité politique d’Elizabeth Martichoux ce mercredi 23 octobre. Il a apporté son soutien à la grève illimitée prévue le 5 décembre prochain.

Elizabeth Martichoux recevait ce mercredi matin sur LCI, dans le cadre de son interview politique, Adrien Quatennens. Le député du Nord a notamment réagi aux propos d'Emmanuel Macron sur la sécurité depuis Mayotte, les initiatives de désobéissance civile, la grève illimitée du 5 décembre prochain ou encore la situation des hôpitaux.

En déplacement à Mayotte, Emmanuel Macron a déclaré vouloir "moins d’immigration". Pour le député du Nord, le débat au sujet de l’immigration "ne lui sert qu’à mettre en scène son duel avec Marine Le Pen". "Le problème, c’est que Macron traite (l’immigration) avec un angle mort considérable : jamais on ne pense les causes profondes des mouvements de population", a considéré l’élu du Nord. " Les gens ne quittent pas leur territoire d’origine de gaieté de cœur. Il faut agir en amont et organiser l’accueil, il est trop anarchique en Europe." Adrien Quatennens s’est dit opposé à la suppression du droit du sol, réclamée par Marine Le Pen : "Ce n’est pas la solution", a-t-il déclaré.

Soutien à la grève illimitée du 5 décembre

Si d’un point de vue institutionnel, la majorité gouvernementale est indiscutable, la question se pose du côté du peuple selon Adrien Quatennens. "Le gouvernement est du point de vue idéologique minoritaire dans le pays", a-t-il affirmé. Ce dernier a dit sa volonté d’ "accompagner" la grève illimitée prévue le 5 décembre prochain, en opposition à la réforme des retraites, souhaitant que ce jour soit "un point de jonction et de convergence". "Peut-être que ce gouvernement ne comprend que le rapport de force." Puis a interrogé : "Pourquoi ne pas penser, au-delà du 5 décembre, une date qui pourrait rassembler plus largement ?"

"Désobéissance civique" et non "désobéissance civile"

Manon Aubry, député LFI, avait appelé les militants Extinction Rebellion à initier des actions de désobéissance civile depuis le Parlement européen, à Bruxelles. Sur ce sujet, Adrien Quatennens a préféré parler de "désobéissance civique et non violente" plutôt que de "désobéissance civile", affirmant qu’il ne s’agissait pas ici de désobéir à la loi. Pour illustrer ces propos, l’élu a évoqué la jurisprudence des décrocheurs de portraits d’Emmanuel Macron, ces militants écologistes relaxés pour la plupart par la justice. 

"Depuis que M. Macron est au pouvoir, les inégalités ont augmenté dans ce pays"

"Faire des économies, ce n’est pas un projet politique", a asséné le député LFI au sujet de la grève qui touche les hôpitaux depuis des mois. "50 000 lits ont été fermés depuis dix ans et jamais les budgets n’ont été à la hauteur." "Depuis que M. Macron est au pouvoir, les inégalités ont augmenté dans ce pays", a ensuite dénoncé Adrien Quatennens, avant de conclure par cette phrase laconique : "La République en Marche, c’est moins de République."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter