"Je mesure l'immensité de la tâche qui m'attend", écrit Jean Castex aux habitants de Prades

Jean Castex, fraîchement nommé Premier ministre, est un élu ancré à Prades. Les Pradéens pensent qu'il est capable de tenir ce poste, mais regrettent déjà ses éventuelles absences dans la municipalité.

RÉACTION - Jean Castex a été nommé Premier ministre ce vendredi 3 juillet. Dans un communiqué émanant de la mairie de Prades, le nouveau locataire de Matignon affirme "mesurer l'immensité de la tâche". S'il laisse les rênes à son 1er adjoint, il affirme qu'il restera au conseil municipal de la commune.

C'est devenu officiel peu avant 13 heures : Jean Castex a été choisi pour remplacer Edouard Philippe à Matignon. Réélu à la mairie de Prades, dans les Pyrénées-Orientales, c'est à ses administrés que le nouveau locataire de Matignon a réservé ses premières impressions. 

Toute l'info sur

Le gouvernement Castex

Qui est Jean Castex, le successeur d'Edouard Philippe ?

Lire aussi

Dans un court communiqué, le maire de Prades explique qu'il a accepté de succéder à Edouard Philippe, "compte tenu des circonstances exceptionnelles, dans lesquelles se trouve notre pays". "Je mesure l'immensité de la tâche qui m'attend", écrit-il. Puis de saluer les Pradéens en ces termes : "Pour la remplir, je serai puissamment aidé par l’expérience acquise à votre côté en tant que maire et par le fort soutien démocratique que vous m’avez depuis longtemps manifesté." 

Il explique ensuite que sa nomination ne lui "permettra plus d’exercer la charge de maire, je resterai membre du conseil municipal. Le premier adjoint, Yves Delcor, assurera l’intérim", dit-il. Jean Castex est devenu le maire de Prades, qu'il a arraché à la gauche en 2008, avant d'être largement réélu en mars dernier avec 76% des suffrages. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Les premières images de Nice et Dunkerque reconfinées

Qui sera vacciné et quand ? Les dates à connaître du calendrier vaccinal

Alexeï Navalny envoyé en colonie pénitentiaire : "Personne n'en sort indemne"

25 millions de Français partiellement reconfinés ? 20 départements en sursis jusqu'au 6 mars

Dr Gérald Kierzek : "Il n'y a aucune démonstration scientifique qu'un confinement intermittent a une efficacité"

Lire et commenter