Jean-Christophe Lagarde, invité de metronews-Les Indés-LCI : "Liberté, Egalité, Fraternité, Laïcité !"

Politique
DEVISE - Les attentats de Charlie Hebdo, Montrouge et de la porte de Vincennes étaient au coeur de l'interview du président de l'UDI, jeudi 14 janvier. Il s'est notamment prononcé pour la réaffirmation du principe de laïcité en l'ancrant dans la devise nationale.

Avez-vous acheté le numéro de Charlie Hebdo mis en vente ce matin ?
J'ai essayé et je suis tombé sur deux kiosques qui n'étaient plus pourvus.

EN SAVOIR + >> Charlie dans les kiosques : "Les clients étaient là avant moi !"

Avez-vous l'intention de vous abonner ?
Je ne suis pas un amateur de Charlie Hebdo, je n'aime pas beaucoup leur forme d'humour. Je vais m'abonner, je ne le lirai peut-être pas mais même si ce journal ne me correspond pas, il a le droit de vivre.

Que pensez-vous de cette Une ?
Je la trouve particulièrement courageuse. Pas pour la caricature de Mahomet, mais pour dire que tout est pardonné après ce qu'il s'est passé, il faut avoir une grosse force d'âme

EN SAVOIR + >> "Tout est pardonné" : Charlie Hebdo présente le numéro des "résistants"

Est-ce encore responsable de continuer à caricaturer Mahomet ?
Que voulaient les terroristes ? Faire taire notre liberté d'expression. Appliquer leur loi à des gens qui ne partagent pas leur foi, à des gens qui la partagent mais qui n'ont pas cette vision fanatique. J'ai le droit d'être choqué, mais je ne peux interdire ce qui me choque. Il ne faut rien céder. La réaction de notre peuple a été profonde et admirable. Ce qui a été attaqué, c'est notre vision de la liberté et de la laïcité.

Des élèves ont refusé d'observer la minute de silence en hommage aux victimes ou demandé qu'elle soit aussi observée à la mémoire d'autres morts… Pensez-vous que l'école n'a pas joué son rôle dans la transmission des valeurs, de la liberté d'expression ?
Il y a eu surtout une succession de petits abandons de ce qui fait notre identité, la valeur de la République que nous ne défendons plus, considérant que ça n'est pas la peine d'aller plus loin. Pour apporter un symbole, il faut que la France change sa devise. Aujourd'hui c'est Liberté, Egalité, Fraternité. Je vais rapidement proposer au chef de l'Etat qu'elle devienne Liberté, Egalité, Fraternité, Laïcité. Cette laïcité est plus d'actualité que jamais, car c'est elle qui a été attaquée au fond.

EN SAVOIR + >> Déni, incompréhension : les réactions d'écoliers et de collégiens aux tueries

Comment jugez-vous l'action de François Hollande durant cette période ?
L'ensemble de l'exécutif a fait le travail qu'il fallait faire, il a été appuyé par les responsables politiques et les Français.

Pensez-vous, comme Nicolas Sarkozy, que majorité et opposition doivent travailler ensemble pour analyser et trouver des solutions pour lutter contre le terrorisme ?
Cette espèce de concours Lépine de la bonne idée anti-terroriste me laisse dubitatif. Travailler ensemble est une nécessité. Sur ce point, l'union nationale doit perdurer le plus longtemps possible. Quand vous voulez soigner une maladie, avant de se mettre d'accord sur les remèdes, on établit un diagnostic. Là, nous constatons avant tout un problème de moyens. Pourquoi les frères Kouachi n'étaient-ils plus surveillés depuis juillet 2013 ? Ce n'est pas une erreur des services de renseignements : ils ont un tel volume de gens à surveiller qu'ils sont obligés de faire des arbitrages. Ils ont considéré que les frères Kouachi n'étaient pas les plus dangereux de ceux qu'ils avaient à surveiller. Il y a 4 à 5 fois plus de gens qui nous menacent et le nombre de ceux qui les surveillent est resté stable. Nous avons besoin de moyens à la hauteur de la menace.

EN SAVOIR + >> Les liaisons dangereuses du djihadisme français

Qu'attendez-vous de la communauté musulmane, quelles sont les première mesures qu'elle doit prendre ?
D'abord, il faut savoir qui administre le culte. Qui sont les imams ? Comment sont-ils formés ? Il y a un tel désordre que personne ne s'y retrouve. N'importe qui vient prêcher n'importe quoi devant des fidèles qui ne sont pas venus pour ça.

Etes-vous de ceux qui protestent contre le gouvernement sur la baisse des dotations aux armées françaises ?
Je ne comprends pas qu'on continue à baisser les budgets militaires français. On nous explique que la menace est de plus en plus forte à travers le monde. Nous multiplions nos interventions, que nous finançons tous seuls, et nous baissons les budgets militaires. Il faut les augmenter.

EN SAVOIR + >> François Hollande veut revenir sur la baisse des effectifs militaires

Vous rognez sur quel budget alors ?
De mémoire le gouvernement a prévu de consacrer 1,5 milliard au contrat de génération. A-t-il révolutionné l'emploi des jeunes et des seniors ? Une partie pourrait servir à nous défendre.

Dans son discours, Manuel Valls disait qu'il n'y avait pas eu assez réactions après les agressions précédentes contre la communauté juive. Partagez vous cet avis ?
Ça doit évidement être de notre responsabilité. A chaque fois qu'il y a un acte antisémite dans notre pays, cela nous renvoie à notre propre histoire, à ce qu'est la République. J'ai le même sentiment face à des actes islamophobes. Il ne faut pas "plus" lutter contre l’antisémitisme que contre l’islamophobie.

EN SAVOIR + >> Ce qu'il faut retenir du discours de Manuel Valls à l'Assemblée

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter