Primaire de la droite : Jean-Frédéric Poisson quitte le plateau de France 3 en pleine interview

COUP DE GUEULE - Invité sur le plateau de Soir 3 mercredi soir, Jean-Frédéric Poisson a quitté l'émission en plein débat affirmant avoir été traité de façon "indigne" par France 2 et France 3.

Jean-Frédéric Poisson, candidat à la primaire de la droite et du centre, était invité sur le plateau de France 3 mercredi soir. Mais alors que le journaliste Francis Letellier commençait à l'interroger, le député des Yvelines, successeur de Christine Boutin à la tête du Parti chrétien-Démocrate (PCD) lui a lancé : "Monsieur, je vais déroger à une des règles que je me suis fixé jusqu'ici dans mes relations avec la presse, je ne vais pas répondre à vos questions". Affirmant avoir eu droit à moins de temps d'antenne que ses six concurrents, Jean-Frédéric Poisson, crédité de 1% à 3% des voix dans les sondages, a dénoncé la façon "indigne" "dont France 2 et France 3" l'ont traité.

Ce traitement, je le trouve indigneJean-Frédéric Poisson

"Vous savez qu'on vous invite ce soir, si vous ne répondez pas aux questions, ce n'est pas très démocratique", a poursuivi le journaliste.  Mais vexé de ne pas avoir été "sur le 19/20" de la chaîne comme prévu avant qu’Emmanuel Macron n’annonce sa candidature à l’élection présidentielle, Jean-Frédéric Poisson a estimé que son traitement restait injuste : "Vous avez décidé de ne pas traiter la candidature qui est la mienne alors que nous vivons en France comme dans le monde un sentiment de relégation terrible de la part des populations alors que j'aimerais bien pouvoir parler de choses qui touchent le monde du travail, j'aimerais bien parler de la ruralité, de l'agriculture, de l'Outre-mer, de tas de choses qui intéressent les Français et malheureusement, je me retrouve, quand les autres candidats ont deux heures, avec quatre minutes ce soir. Ce traitement, je le trouve indigne".


Alors que le journaliste de Soir 3 lui demandait de "respecter les téléspectateurs" et poursuivait son interview sans réellement prêté attention aux revendications de son invité, le candidat à la primaire de droite et du centre a quitté le plateau en saluant son interlocuteur. "C'est ce qu'on appelle faire du buzz à pas cher", a conclu Francis Letellier.

Lire aussi

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Elections présidentielles

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter