Jean-Luc Mélenchon ne voterait pas la motion de censure déposée par l’UMP

Politique

POLITIQUE – Jean-Luc Mélenchon a critiqué ce mercredi matin sur France Info le choix de ses camarades communistes de soutenir la motion de censure déposée par l'UMP, après le passage en force de la loi Macron par le gouvernement.

Jean-Luc Mélenchon, lui, n'aurait pas voté la motion de censure déposée par le groupe UMP après le passage en force du gouvernement sur la loi Macron, qui a utilisé l’article 49.3 de la constitution, mardi. Une motion de censure qui sera soumise aux députés jeudi, soutenue par l’UDI… et par les 10 députés du Front de gauche .

A LIRE AUSSI >> Loi Macron : le Front de gauche votera la motion de censure

Un rapprochement entre la droite et l’extrême-gauche qui surprend. Interrogé sur France Info ce mercredi matin, Jean-Luc Mélenchon, l’ancien co-président du Parti de gauche – une des composantes du Front de gauche – prend ses distances avec cette association et le choix des députés. Et souligne qu’il ne s’agit pas "du Front de gauche" mais "du groupe communiste à l’Assemblée nationale".

Pour une motion de censure... de gauche

Une nuance à laquelle tient Jean-Luc Mélenchon, qui ne veut pas être associé à ce rapprochement : "Le Front de gauche, c’est neuf partis, c’est pas un. Des fois on confond". Tout en soulignant que le groupe communiste du Palais Bourbon "fait bien comme il veut", il précise qu’il n’aurait pas du tout, mais du tout, fait comme eux : "D’abord parce qu’il n’y a aucune chance que cette motion de censure passe. Qu’est-ce qu’on va aller se fourrer avec la droite ?"

Et celui qui a toujours prôné "une opposition de gauche" de dérouler sa solution au micro de la radio : "Moi, [si j'avais été député] je me serais adressé aux frondeurs, et aux écologistes et je leur aurais proposé une motion de censure pour montrer que si le gouvernement est désapprouvé, c’est par la gauche et pas par la droite [...] Il ne suffit pas d’être contre, il faut montrer qu’il y a une alternative."

A LIRE AUSSI >> "Déni de démocratie", "coup d'Etat", "Valls démission" : le 49-3 fait hurler

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter